When Moureaux meets Perrot : association en technicolor

L’envie nous titille, parfois, de réunir des objets de natures différentes, mais dont les univers nous semblent proches. Comme la table Shibafu de l’architecte et designer Emmanuelle Moureaux, récemment croisée sur Designboom, et une oeuvre alliant pailles alimentaires et plexigas de l’artiste Antoine Perrot (« Révolutionnez votre vie », 2006).

En se penchant sur le travail respectif des deux créateurs, on y devine quelques parallèles. La créatrice française, installée au Japon, conçoit intérieurs et espaces, mobilier et objets d’acrylique ou de feutre, dans lesquels la couleur devient matière. Antoine Perrot, quant à lui, fait exulter les couleurs dans son atelier aux portes de Paris, éveillant dans tampons à récurer, fils de plastiques et autres matières « pauvres » une qualité artistique insoupçonnée.

De part et d’autre, les lignes colorées proposent un parcours narratif, et sont les fondations de chaque oeuvre. Le travail de Moureaux ou de Perrot se teinte cependant d’une admirable courtoisie : celle de savoir sculpter la couleur sans jamais submerger l’environnement immédiat ni le spectateur, de s’offrir avec une apparente légèreté qui en ferait presque oublier les processus techniques.

Des travaux qui « conservent la rigueur des processus mis en œuvre et l’impact visuel direct, que la réalisation soit bi ou tridimensionnelle ; elles inoculent au sein de cette rigueur une nouvelle légèreté, un caractère ludique, un brin d’humour. » **

Quel serait le résultat, si Emmanuelle Moureaux invitait Antoine Perrot à la rejoindre sur le chantier d’un de ses prochains projets d’architecture ? A quand une rétrospective de l’oeuvre d’Antoine Perrot, avec une scénographie signée Emmanuelle Moureaux ? L’idée est lancée…

Table Shibafu, E. Moureaux / A. Perrot, Révolutionnez votre vie, 2006


E. Moureaux, série Kasane / A. Perrot, Peinture efficace, n°15, tampons abrasifs, fer galvanisé (collection particulière, Suisse)



E. Moureaux, Stick chair, acrylique, pieds bois ou plastique /A. Perrot, Peinture à vivre, n°19, 2006, fils pvc, polycarbonate alvéolaire



E. Moureaux, séries Shikiri Bako et Niji (feutre) / A. Perrot, Peinture efficace n°8, acier et tampons abrasifs (Musée Ritter, Waldenburg) Sources & crédits Designboom, Emmanuelle Moureaux, Antoine Perrot / galerie Lahumière, Connaissance des Arts


** in « Antoine Perrot ou l’art du quotidien », Elodie Palasse, Connaissance des Arts, novembre 2006







Cet article a été publié dans Art, Rumor has it, What was that about? avec les mots-clefs : , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>