Matt Stevens, fétichiste de la basket virtuelle

Le designer graphique Matt Stevens est un obsédé (auto-confessé) des chaussures de sport. Il a même consacré un musée virtuel à toutes les Nike achetées par ses soins depuis 1987 : «the Matt Stevens virtual shoe musem digital – Obsession turned Illustration».

Pourquoi Nike, au juste ? La réponse, vibrante apologie de la marque qui avait fait le pari de vendre de la Victoire (Niké), est édifiante : «I had attached myself to the Nike brand at a pretty early age. It was the collision of my athletic heroes, the amazing product design and a brand that didn’t copy popular culture, but dictated it. They are also little markers about points in my life. I had specific recollections about each of these, some mundane and some full of meaning.»

Doublant l’hommage d’un autre hommage, Stevens a réalisé un projet personnel pour le moins original : il s’agissait de réinterpréter la fameuse Air Max de Nike à la façon de ses illustrateurs et designers favoris, dont Jessica Hische, Frank Chimero, Invisible Creature ou Michael Schwab. Plébiscité,  Stevens s’est laissé convaincre de continuer sur sa lancée : à l’instar de Jessica Hische et de sa lettrine quotidienne, il va tenter de proposer une illustration différente chaque jour.

Souhaitons-lui désormais de se faire remarquer – et rétribuer – par la marque à la virgule.

source Grain Edit


Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.