Pour la déco chez Carine Roitfeld, un volontaire ?

La tendance est-elle au blanc (et à ses infinies déclinaisons, Ô combien subtiles) ? Au coeur de Paris, la décoration de l’appartement de la rédactrice en chef du Vogue français, scrupuleusement épurée, n’affiche aucun objet personnel ni indice tangible quant à la personnalité de l’habitant – à l’image de Roitfeld, diraient les mauvaises langues? Les chaises cantilever de Mies van der Rohe elles-mêmes s’accrochent désespérément à la table noire, un des rares éléments qui ne semble pas flotter dans les airs. Une âme joyeuse pour bousculer cette ennuyeuse uniformité ? Pitié, qu’on y enferme Christian Lacroix ou India Mahdavi pour quelques jours, histoire d’insuffler un peu de vie sous ces nobles plafonds haussmanniens !

source & crédits éditions Taschen, New Paris Interiors


Comments

4
  • De Méjean

    Le truc, en supposant que l’on confie le réaménagement de son appartement à une India Mahdavi, ou une Paola Navone, tiens, plutôt qu’à un Lacroix qu’on laissera à ses robes, c’est que la personnalité du propriétaire ne sera pas plus identifiable que dans ce machin blanc. Et ici, le responsable vous dira que tout se joue non pas dans le blanc général et générique, même, mais dans les ponctuations, les ombres, les failles et les plis, noirs profonds et gris légers qu’offre, par nature, un appartement Haussmannien…

  • Elodie Palasse

    Et on pourrait répondre que les mascarons et écoinçons suffoquent de panique à se voir ainsi exposés : on leur a laissé la lourde responsabilité de porter sur leurs frêles contours toute l’allure des pièces. Le tout écrasé de blanc : à eux de se débrouiller avec pour seul pouvoir le soleil qui se balade en créant des ombres et des reliefs selon son bon vouloir. Et le pauvre pilastre corinthien qui semble appeler à l’aide… Non, franchement ? Même si ça commence à dater, l’hôtel Dassault me semble avoir été un de ces exemples plus joyeux d’haussmannien “réveillé” sans être violé (mais môssieur Méjean va mettre Jean-Michel Wilmotte dans le même panier que Putman, je parie ? ;-))

  • De Méjean

    Et pourquoi donc m’ôte-t-on ici ma particule?
    De l’Hotel Dassault, certains se souviennent, mais ce n’est qu’anecdote, d’avoir failli laisser leur fond de culotte sur une Striped Sedia des Bouroullec http://www.voltex.me.uk/images/produits/sediavert.jpg défoncée, déjeunant d’une sobre soupe à l’oseille sous les orangés et fort opportunément hors d’échelle XXL Domo de M. Ingo Maurer http://www.unicahome.com/products/17639.2026124C.jpg
    JMW était donc responsable de cet aménagement! C’était bien vu, chic, élégant, parfaitement et noblement Parisien, idoine quoi, et ça vaut bien A.P. qui y aurait certainement modulé en virtuose ses couleurs doucement assourdies, pari gagné!

  • Elodie Palasse

    Parisien mais pas “Costes”, attention. Dommage que le petit salon de thé d’Artcurial ait disparu, c’était très secret, minuscule, précieusement cosy. Quant à la particule… “cher Monsieur de Méjean” mais “cher Méjean” en français, non ? :o)

Something to Say?

Your email address will not be published.