Infernopolis : Atelier Van Lieshout, Rotterdam

Troublante expérience que la visite de cette exposition, qui plonge à la fois le visiteur dans les entrailles de la ville et de l’oeuvre de Joep van Lieshout : il faut emprunter un long tunnel et s’éloigner du centre pour parvenir dans la partie la plus sombre et désolée de la ville. Rotterdam, loin de l’image d’Epinal de la ville hollandaise aux canaux charmants, bordés de maisonnettes aux façades chantournées, première cité portuaire d’Europe, affiche des proportions furieuses, une architecture hardie devenue signature (la rage des bombardement de 1940 a laissé Rotterdam en ruines, exsangue). Sa culture underground est mondialement réputée, réputation sulfureuse en prime. Mais Rotterdam, qui tire son nom d’après celui de la rivière Rotta, “eau boueuse”, a détourné sa noirceur en une séduisante caractéristique. D’aucuns verront là le premier point commun à la deuxième ville des Pays-Bas et au travail de Joep van Lieshout (né en 1963), designer, artiste, architecte, rejeton de la foisonnante scène artistique locale du début des années 1990.

Visiting this exhibition can be unsettling, providing a strange feeling of travelling into the entrails of both the city and Van Lieshout : from downtown, one has to drive through a long tunnel to find oneself, away from downtown, in the midst of nowhere. Rotterdam hasn’t much to do with the traditionnal postcard scene from the Netherlands (canals lined with charming Dutch 17th century houses): the largest harbour town in Europe, Rotterdam draws a gigantic map, identifiable by its bold and sometimes crazy architectural experiments (WWII had turned the town into a heap of ruins). The sulphurous reputation of the city’s underground cultural scene has an international appeal. But Rotterdam (named after river Rotta, meaning “muddy waters”), badly behaved and prone to all kind of excesses, has turned darkness into an enthralling asset. A fact both shared by the country’s second largest city and artist, designer Joep van Lieshout’s (a 1990s’ local overflowing creative scene offshoot) work.


C’est à la suite d’un partenariat entre le célèbre musée Boijmans van Beuningen et le Port de Rotterdam que l’exposition “Infernopolis” a pu voir le jour. Jusqu’au 26 septembre, au sein d’un atelier de construction de sous-marins désaffecté et abandonné, quelque 160 oeuvre de van Lieshout trouvent leur place dans cet espace démesuré (5 000 m²). Ancienne propriété du Rotterdamsche Droogdok Maatschappij, le chantier de construction naval d’Heijplaatis, situé à une demi-heure de route du centre-ville, acquiert peu à peu la réputation de nouveau foyer créatif et artistique de Rotterdam – des écoles d’art et d’architecture y ont d’ores et déjà ouvert leurs portes. Le submarine warf se voit ainsi propulsé au rang de plus grand espace d’exposition du pays, dans lequel on peut actuellement s’interroger face aux fascinantes “Fossil Chaise Longue” (le nom d’AVL a rapidement fait le tour du monde lorsque Brad Pitt s’est piqué d’en acheter un exemplaire l’an dernier à l’occasion de Design Miami), ou la ” Womb house”. Certainement l’unes des oeuvres les plus populaires de Van Lieshout, la maison-utérus héberge en son… sein une chambre toute à fait fonctionnelle, les ovaires accueillant toilettes et mini-bar. Pour ceux qui l’auraient précédemment vue en visitant l‘exposition Design contre design au musée du Grand Palais, sachez qu’il existe une différence majeure -dans les usages : ici, foin de cordon de sécurité. La maison utérus à 100 000€ fait office de joyeux terrain de jeux pour enfants de passage. Bienvenue à Rotterdam !

Thanks to a partnership between the Port of Rotterdam Authority and famed Museum Boijmans van Beuningen, “Infernopolis” shows until September 26th at the abandoned submarine wharf (5 000 m²) in Rotterdam’s harbour, and features 160 pieces of Van Lieshout’s work. Strangely enough, this unusual place, former terrain of the Rotterdamsche Droogdok Maatschappij (shipyard) at Heijplaatis, is turning into a cultural hotspot (several Art & Architecture schools have already moved in the vicinities). The Netherlands’ largest exhibition space shows both new and existing works by Atelier van Lieshout (AVL), including the Fossil Chaise Longue (when actor Brad Pitt bought one at Design Miami last year, AVL’s name spread all over the Internet) or the Womb house. Probably one of the most popular of van Lieshout’s designs, the Womb house is a functionnal bedroom unit: bed lies into the womb, ovaries respectively accomodating the toilet… and a minibar. For those who may have seen this uncommon piece in Paris, at the Grand Palais museum (“Design contre Design”), suffice to say the main difference lies into the audience: here, in Rotterdam, the 100,000€ work of art turns into a playhut for kids. Welcome in Rotterdam!



A l'entrée de l'exposition, le bar pop-up également signé Atelier van Lieshout

(Source Design.nl, crédits Van Lieshout & Galerie Jousse entreprise, Sleek design)



Comments

2
  • maupado

    Nick Park et Keith Haring se sont fait des gâteries après un bain de boue, et, on ne le savait pas, mais l’un des deux avait un utérus, d’où est sorti Joep. Pfff

  • Elodie Palasse

    @Maupado : ok, mais ils étaient vraiment déprimés, au point de brûler et d’éviscérer leurs joyeux personnages. Joep-la-boum!

Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.