Citrange : Quentin de Coster pratique le design vitaminé

Philippe Starck a imaginé son Juicy Salif pour Alessi en 1990 (une opération qui s’est avérée… juteuse pour le designer, pourrait-on dire). Vingt ans plus tard, le designer belge (installé à Milan) Quentin de Coster a baptisé son propre presse-citron “Citrange”, d’après un agrume hybride (moitié citron, moitié orange). Son coloris vif et joyeux, sa forme évidente et sa prise en main facile lui confèrent une trompeuse allure de jouet pour bambin. La forme propre à chaque extrémité du Citrange permet de s’adapter aux différents types d’agrumes. Les lames de polypropylène extraient le jus, le dirigeant vers le centre de l’objet – qui filtre et retient les pépins avant de libérer le jus vers le verre. Quentin de Coster a pu présenter Citrange dès janvier dernier, mais on attend sa commercialisation. Espérons qu’il fasse vite, l’hiver pointe déjà le bout de son nez.

Philippe Starck imagined his Juicy Salif for Alessi in 1990 (an actual juicy affair for him, so to speak). Twenty years after, early 2010, Belgian (but Milano-based) designer Quentin de Coster has named his juicer after an hybrid fruit, Citrange (half-lime, half-orange). It looks like a toddler’s toy, with a joyful colour and a proved efficient design. The Citrange squeezer is shaped into two different parts in order to fit each breed of citrus fruit. Juice is released by cells when one presses the fruit,  then is directed towards the central axis of the object through the funnel. Funnel has another function, as it retains seeds before directing juice into the glass. Citrange was completed last January, but is still waiting for commercial release. Better be quick, winter’s coming.


(source Quentin de Coster, photographies © Christophe Sépulchre)


Comments

24
  • maupado

    La valeur n’attend pas le nombre des années dit-on. Mais là, c’est vraiment Baby-Designer.
    On s’en moque, les blogueur(se)s adorent, et les commentateurs, aussi. Animal http://www.muuuz.com/2010/02/15/animal-par-quentin-de-coster/ avait surgi le premier, Indiscipline avait dégoupillé la grenade suivante.
    http://blog.reflexdeco.fr/2010/07/indiscipline-par-quentin-de-coster/
    Au tour de Citrange, donc. Les noms sont aussi décalés que les propositions. Citange est quand même plus sage plus”fonctionnel” que les projets précédents. Peut-être une peu out of scale, mais bon..

  • Prof Z

    En desaccord sur la gestion du produit Jucy Salif qui aurait été sorti en serie limitée golden bling bling sans l’accord du maestro, Starck semble avoir vendu ce projet à Alberto Alessi pour l’anniversaire de Jucy Salif … Il a donc fait un concours avec sa société et gagné par roland-kreiter… La vie d’un designer co brandeur investisseur est un peu compliqué.

    http://www.paperblog.fr/3612557/mysqueeze-un-clin-d-oeil-de-roland-kreiter-a-philippe-starck/

  • Prof Z

    Pour ceux qui croient au père noël (” le design , c’est des cadeaux de noël”) et voudraient utiliser le 20 ème anniversaire de l’icône et best seller starckien et alessien , Jucy Salif , c’est râpé, si je peux dire. Alors design de l’attention, communication de l’attention? le “doctorant” Clement Gault du blog Recherche et design va encore écrire un article sur Starck et se plaindre des commentaires sut twitter “Philippe Starck est une sorte de point Godwin du design. Dès que je parle de lui dans mon blog, j’ai une floppé de commentaires stériles!”… Comme j’utilise tous les jours avec mes lecteurs amateurs de design et designers, la fertilisation croisée ,nous sommes à l’abri de la panne sèche créative et narrative…

    http://mydeco.com/press-office/mysqueeze-press/

  • Elodie Palasse

    @Clément, @Prof Z, pourquoi ne pas voter la trêve (qui rime avec “grève” aujourd’hui), et vous mettre d’accord sur l’avènement du “point Starckwin” ? ;-). Loin de moi l’idée d’utiliser l’anniversaire de Juicy Salif, et n’allez surtout pas prêter cette intention à Quentin de Coster : le rapprochement émanait uniquement de ma plume fatiguée.

  • Prof Z

    J’ai souvent dialogué avec de jeunes designers du fier monde qui voulaient faire un presse citron …. pour montrer qu’il était meilleur designer que notre genius designer national. La plupart se sont arrêtés en chemin et pourtant, ils avaient du potentiel ….
    Bruno Gecchelin a essayé et il a eu un Compasso d’Oro .. et puis il n’a été ni iconique, ni anthologique, ni muséal, ni best seller…
    PS: Autre sujet sans grand intérêt, Clément ( qui porte mal son prénom) m’a interdit de commentaires sur son blog Comme il adore la provoc ( il l’a demontré à plusieurs reprises aussi bien contre moi que contre d’autres No designer ) , j’en deduit qu’il aime encore plus son ego et sa parole doctorante si on peut dire ….

  • Prof Z

    Pour une critique des objets designés comme objets de professionnels du design et de l’objet même du design par les “amateurs de design”
    Je fais souvent réfèrence aux « objets introuvables » de Carelman des edition Balland de 69 pour montrer l’absurdité de certains projets que l’on trouvent dans des anthologies du design et dans les blogs. Cependant le design est partout et, partant, il n’est vraiment nulle part.C’est pourquoi chacun doit faire son propre geste anthologique comme une manière de développer une posture critique à propos du design La dimension sociale du projet anthologique permet à chacun
    ( amateur * , étudiant et professionnel), dans sa diversité, de s’approprier une culture vivante en la partageant au sein d’une communauté qui se forme dans les blogs de design
    Chacun devient à terme un lecteur-auteur interprète, critique, actif et autonome.
    PS: Quand je parle d’amateur je parle de la figure de l’amateur au sens du XVIIème et du XVIIIème. L’amateur devrait retrouver sa place dans la société de contribution de la nouvelle société industrielle selon Bernard Stiegler, directeur de l’IRI (institut de de recherche et d’innovation du Centre Pompidou)
    “Le terme d’amateur a perdu le sens précis qu’il avait dans la langue du XVIIème et du XVIIIème siècles. Des « particuliers », qui n’étaient ni peintres ni sculpteurs, pouvaient être élus à l’Académie royale de peinture et de sculpture en raison du goût qu’ils professaient pour les arts ; ils y siégeaient au rang d’ « amateurs ». L’usage du terme s’est depuis considérablement élargi et n’est plus aujourd’hui limité au seul domaine de l’art : on peut être amateur de bons vins comme d’opéras. Mais il s’est également déplacé du champ du goût à celui des activités. Il désigne en effet ces activités auxquelles on s’adonne par plaisir, parce qu’on aime ça, et non pour des raisons professionnelles. On peut faire du théâtre, de la peinture ou de la musique en amateur, mais aussi pratiquer le rugby ou le vélo en appartenant à une équipe d’amateurs. A la distinction ancienne entre amateurs et artistes, qui n’était pas une distinction hiérarchique puisque tous portaient le titre d’académiciens, s’est substituée l’opposition entre amateurs et professionnels qui implique une image socialement dévalorisée et dévalorisante de l’amateur, toujours suspecté de faire preuve d’amateurisme !” Jacqueline Lichtenstein( Université Paris IV).

    Bernard Stiegler est partisan d’une économie de la contribution opposée au traditionnel rapport producteur/consommateur :
    « Nous vivons une époque où, du fait de transformations technologiques et industrielles très importantes – Internet, réseaux sociaux, technologies collaboratives, logiciels Open Source, Wikipédia, etc. -, les relations sociales sont en train de muter en profondeur. Cette transformation a des enjeux économiques et politiques immenses, par rapport auxquels les arts et les lettres doivent retrouver leur rôle d’avant-gardes – c’est-à-dire leur véritable sens social, qui n’est ni de distraire, ni de fuir le devenir. »
    « La génération des internautes veut être active et participer à la formation de sa culture, et non se contenter de consommer des produits culturels qui rendent inculte. Il y a là une magnifique promesse à laquelle une politique culturelle doit s’articuler très étroitement. L’avenir du développement de l’Europe, de la France et des idées de ce qu’on appelle l’héritage européen passe par là. Sortons enfin de la patrimonialisation qui conduit à l’enterrement de la culture – comme s’il y avait un passé de l’Europe qu’il faudrait protéger de l’avenir et de la modernité ! »
    « Je me bats beaucoup pour la renaissance des figures de l’amateur. Nous nous sommes habitués à avoir des publics de consommateurs : que le public consomme nos produits, et nous voilà satisfaits – il y a de l’audience, comme on le dirait à Tf1. Mais ce public, on a perdu toute relation avec lui, et c’est pourquoi ce n’est pas un véritable public. Nous avons intériorisé un état de fait qui a été installé par les industries culturelles qui ont transformé les publics en audiences, et en important le modèle producteur/consommateur qui venait de l’industrie : d’un côté, vous avez des producteurs professionnels (intermittents du spectacle, universitaires, professions para-artistiques en tous genres), et de l’autre, des consommateurs à qui l’on sert ces productions professionnelles, parfois en y ajoutant la sauce de la médiation ».

  • Prof Z

    En design ce qui compte c’est la valeur d’usage , la valeur d’estime et la valeur d’échange non “La valeur n’attend pas le nombre des années . d Baby-Designer, pas vraiment il est a l’age du projet de diplôme dont certains sont entrées dans l’histoire du design ” Or il me semble qu’il y a eu depuis 20 ans un ou plusieurs changements de paradigmes avec les valeurs écologiques, les valeurs environnementales, les valeurs de prévention santé, les valeurs sociales. Il faut être par exemple de son temps dans le choix des matériaux car la fameuse démocratisation du design starckien est simplement l’industrialisation sophistiquée du plastique et sa sublimation par la starification du designer.
    “Dieu”, le grand moa moa a choisi non pas ses successeurs mes ses jeunes apôtres

    .

  • Prof Z

    Quentin de Coster a déjà 19000 occurences en prenant le nom d’un fruit hybride
    “Juicy salif”, la sculpture starckienne, le multiple starckien n’en a que 28000….
    Lorenzo Gecchelin pour un presse citron en pp dessiné pour Fratelli Guzzini a reçu le compasso d’oro , la plus grande prix de design italien…. et pourtant il n’a jamais été ni une icône, ni un best seller du design . J’aime les 2 dessins , les 2 produits mais pourtant j’ai un presse citron en acier inoxydable qui resiste à l’acide, incassable , un modèle manuel standard pour citron et orange qui retient les pépins, ne salit pas les mains , stocke le jus, se range facilement dans peu d’espace, se lave facilement
    J’aime pas le nom, le concept, le dessin, la couleur, la matière du presse agrumes de Quentin … et pourtant il avait une idée vraiment renversante au départ mais elle s’est perdu en route….
    Le modèle de Gecchelin:
    http://www.aditoscana.it/public/AWCompasso/gecchelin_latina_guzzini.jpg

  • Prof Z

    Quentin de Coster a un nom facile à mémoriser …mais un pb d’inviduation et de territoire de designer.
    En voulant faire un presse citron pour le 20 ème exemple anniversaire de Jucy Salif de Starck, il est face à Dieu . Il prend un risque non face à un projet de designer mais celui d’un plasticien dans tous les sens du terme” selon la formule de Gérard Garouste , ami de Starck. Alors “l’enfer c’est les autres” ? Pourquoi Starck n’a pas fait son presse citron en plastique? Parce qu’on ne fait pas une sculpture avec un polypropylène , un plastique de grande consommation. Son oeuvre est un multiple de sculpture non un produit de design pour la table et la cuisine . Le grand Moa Moa n’ a pas choisi son disciple mais un projet de “baby designer” allemand Roland Kreiter qui rappèle le sien et son éditeur …. Qui se souvient d’ Ilsa Parry, vainqueur de sa télétéalité à BBC2?
    Si Quentin reussit à revoir le nom de son produit, à affiner son concept à la hollandaise comme un projet pour Royal VBK , à améliorer son dessin ( dieu est dans les détails), à choisir une matière plus valorisante et à changer sa présentation, il peut être iconique à défaut d’être best seller….si le paradigme du design d’outils de cuisine n’a pas changé …. comme Alberto Alessi, le maestro du design management semble nous l’indiquer .
    En attendant, voila MON presse citron parfait…

    http://www.tyler-fawncash.com/Product_gallery/images/lemon_juicer.jpg

  • Prof Z

    Bonne chance. Plus de 20 éditeurs attendent un projet qui fasse tourner les têtes… il faut se presser le citron !!!!!
    http://static.dezeen.com/uploads/2010/05/dzn_thomas_heatherwick_spun-x2_Peter-Mallett_rev1-1024×682.jpg

  • Prof Z

    Les jeunes designers émergents des pays émergents sont très pressés , ils ont une dizaine de bons projets dans le funnel …… Les jeunes designers français ont d’autres idées en tête….: leur retraite.
    http://www.iconovox.com/blog/wp-content/uploads/2009/03/presse-citron-coco.gif

  • Prof Z

    Tranche de vie vitaminée
    En archéologie, un artéfact est un objet fabriqué par l’Homme. Quel est la nature de l’objet, la nature du sujet du blog, le statut du designer?
    Comme je suis Prof de “No discipline” pour reprendre la formule de Ron ARAD qui a dirigé de main de maître dans tous les sens du terme (RCA à Londres)
    classer en objet d’art ou en objet de design ou en objet de décoration n’a pas beaucoup d’importance. Chez moi, c’est en quelque sorte , mon « monde intérieur » et donc un objet doit pouvoir y trouver sa place et ce n’est pas facile, car comme la société d’hyperconsommation dans laquelle nous vivons (pas tous) c’est très encombré d’artefacts de toute sorte, les miens et ceux de ma femme.
    J’ai commencé l’étude du design en étudiant les anthologies de design dans les rayons du Centre de Communication Avancée « , le CCA du Centre Pompidou qui a eu un rôle central dans la carrière de Philippe Starck..Aujourd’hui , suite à un grave problème de santé, je suis allé dans ma cave, pour prendre 2 “annuel international du design”, un dirigé par Mario Bellini , un autre par Oscar Tusquet et un “the international design yearbook” par André Putmann pour les mettre sous mes pieds, changeant ainsi le statut de l’objet…
    Hier dans ma dream list de designers, il y avait Philippe Starck au sommet aujourd’hui c’est Stefano Marzano, CEO et Chief Creative Director de Philips Design à Eindhoven. Ma vision du design a changé, le paradigme a aussi sans doute changé pour beaucoup. Chaque matin, je sers un thé à ma femme au lit, avec un peu de citron.Je suis donc un client potentiel de presse citron. Pour moi, pour vitaminer ma journée, je prends des kiwis français pendant 6 mois. Je suis un demi locavore… J’utilise un couteau spécial pour l’éplucher. Je suis expert en outils , expert en cuisine, expert en nutrition, expert en art de la table ,expert en outils de cuisine et de table, expert en art de vivre ….et de survivre,
    http://d4rkn3ss.files.wordpress.com/2007/11/11-28-07-tosh-scanner1.jpg

  • Prof Z

    n’écouter pas ce que je dis, je suis un abruti

  • Prof Z ZEP

    merci faux prof , je vais ouvrir une ZEP sur ce blog sur le design pressé des copycats du design…. avec Olivier C s’il le veut bien ( il a 200 vrais élèves designers en Belgique) et je vous invite à faire avec moi un voyage sur les chemins de la connaissances de la nutrition préventive, de la design thérapie, du design management , du design d’outils, du design de table, du design de cuisine…. de la modestie créative, de la segmlentation sttatégique et du design management mathématique…. car comme Philippe Starck le dit de 90 % de ses projets ” cela ne va pas loin”, “c’est une faiblesse”…. alors vous …
    J’ai un sacré dossier sur le sujet pour VITAMINER VOS IDEES

  • Prof Z

    J’aime beaucoup Bram Boo qui s’est fait pompé par des designeuses suédoises, le groupe de rock feminin Front design, talentueuses à temps partiel comme le remarque Pierre Doze dans l’officiel du design , par des designers allemands qui ont eu un award … et par bien d’autres, des copycats inconnus….
    http://revuedesign.files.wordpress.com/2009/04/2009-04-09-d.jpg?w=325&h=200

  • olivier.c

    D’accord avec l’analyse de prof z, un objet aussi basique qu’un presse fruit doit avant tout être fonctionnel et pratique moi j’ai un faible pour les modèles en verre ou les presse fruit dit américain avec un levier

  • Prof Z

    olivier C
    De toute façon on est à la fin de l’ère du plastique pétrolier…. donc le pp est ” has been ” et potentiellement dangereux pour la santé et l’environnement mais on peut être conceptologiste ( neologism = dvper un vrai concept avec une méthode logique comme Alessi a dvpé unmodèle de design management mathématique ) et aussi plasticien du design comme Philippe ou Gecchelin et pas simplement fonctionnaliste au ras du citron comme Morrisson … Il y a aussi des curseurs à ajuster sur les differents paramètres émotionnels… Voila une analyse froide, “sans affect” , “contextuelle” et “de mise en pespective” comme les aimaient Maupado…. avant qu’il ne joueles snipper
    PS: pour te rassurer ainsi que Janus Milo, j’ecris des poèmes et des chansons . Je touche même des droits d’auteur …..

  • Prof Z

    Comme Alberto Alessi, le prince du design management , donne des noms de code à ses opération (Solferino pour la recherche d’archi français, opération dont seul Starck a été retenu face à Nouvel , Portzamparc), je lance une ZEP ( zone d’étude produit ) qui sera l’opération CITRUS… à vos moteurs de recherches , à wikipedia….
    car les fruits du genre citrus sont des pharmaca selon Bernard Stiegler et pas simplement des producteurs de vitamine C ou des aliments anti-cancers selon de Dr Beliveau du Québec

  • Prof Z

    Finalement l’orange ( la couleur hollandaise) a plu à Royal VBK … et quelquefois mon name dropping via les google alerts fonctionne ….

    “Si Quentin reussit à revoir le nom de son produit, à affiner son concept à la hollandaise comme un projet pour Royal VBK , à améliorer son dessin ( dieu est dans les détails), à choisir une matière plus valorisante et à changer sa présentation, il peut être iconique à défaut d’être best seller….”
    Finalement l’orange ( la couleur hollandaise) a plu à Royal VBK

  • Elodie Palasse

    Oui, ou bien Quentin de Coster, qui lit Sleek design (Quentin, ne me laisse pas seule, confirme stp ! ;-)) a lu les commentaires qui ont suivi la parution du billet. Ou avait tout simplement eu cette même idée, ce qui est plus que probable.

  • duc dodon

    Bonjour, je cherche à acheter ce magnifique presse agrume.
    Où puis-je le trouver ou téléphoner pour le commander.
    Je réside dans la région Rhône Alpes.
    Par avance merci de me répondre.
    Bien cordialement,
    Philippe Duc Dodon

  • Elodie Palasse

    Philippe, la liste des points de vente de Royal VKB se trouve sur le site de la marque : http://www.royalvkb.com/maps.asp?myid=57

  • Prof Z

    Citron verre, Citron vert
    Je ne cherche pas le prix citron mais je n”ai toujours pas compris “Peut-être une peu out of scale” … Jucy Starck est vraiment ” out of scale” L’opération anniversaire lancée par Starck et Alessi avec le presse citron du baby designer allemand Roland Kreiter qui n’était pas “out of scale” a fait flop flop car “out of time”
    Autre sujet: une marque comme Royal VBK qui met ses designers en photo sur la paquet c’est rare mais pourquoi ne pas rester à orange et jaune . En vert oui mais au moins prendre une réference Pantone citron vert et le mettre sur la boîte en quadri, un luxe que ne se paie pas Alessi avec un packaging cheap chic ? inutile d’en rajouter.. c’est déjà des bijoux de cuisine….
    Royal VBK + Joseph Joseph + le marché ont même fait changé Alberto Alessi de stratégie mais je crois qu’un designer de ces 2 marques ne rentrera jamais chez Alessi même en ayant fait <Politecnico de Milano ou Domus

    http://3.bp.blogspot.com/-dGFFugQ9ZsI/TbBEfHVr6dI/AAAAAAAAABo/87_I-x3xVPw/s1600/IMGP0003_14.JPG

Something to Say?

Your email address will not be published.