Rietveld de la main gauche

L’artiste Julien Berthier propose sa vision de l’iconique fauteuil de Gerrit Rietveld, la “Red and Blue Chair” (1918). Berthier a dessiné sa chaise de la main gauche, puis scrupuleusement suivi les contours du croquis tremblé pour créer son prototype, ensuite confié à un menuisier pour en produire cinq exemplaires identiques. Pour ceux qui préfèrent la perspective d’admirer l’original, l’exposition dédiée à l’architecte et designer néerlandais au Centraal Museum d’Utrecht  (“Rietveld’s Universum: Rietveld, Frank Lloyd Wright, Le Corbusier, Theo van Doesburg”) fermera ses portes le 30 janvier.

French artist Julien Berthier offers his own vision of Gerrit Rietveld’s iconic “Red and Blue Chair” (1918).Berthier has drawn the armchair with his left hand, has built himself the first prototype, scrupulously following the blurred drawing, and finally asked a carpenter to build five identical chairs. For those who whish to gaze at the Dutch architect & designer’s original creation, the Utrecht Centraal Museum will exhibit Rietveld’s Universum: Rietveld, Frank Lloyd Wright, Le Corbusier, Theo van Doesburg until January 30th.




Comments

7
  • Kidplastic

    Ou sinon, moins loin, celle de Rietveld est exposée à Pompidou dans l’exposition De Stijl/Mondrian !

  • maupado

    Il y aurait bien la tentation un peu facile du sarcasme, ou, en tout cas, celle de l’ironie et de la distance, mais on s’abstiendra d’aller plus loin que la sourde évocation des plaisirs solitaires, masculins en l’occurrence, pour dire de ce travail.
    En réalité, la gaucherie n’est que prétexte préalable, obstacle supplémentaire, et ne témoigne finalement que de la volonté, acharnée, de dépassement et de l’icône et de soi.
    Dépassement et hommage ultime, on oserait dire.
    De l’objet à la conception d’une rigueur confinant à l’obsession, qu’avons nous-perdu?
    Rien.
    Toute déformée qu’elle soit, sans aucune nécessité d’appuyer l’ hommage à la virtuosité de l’artisan comme en contre-point à la maladresse du dessin apparemment à des années-lumière de la méthode Fibonacienne (?!), qui peut ne pas re-connaître la Red and Blue?
    On ne détruit pas les images mentales, donc.

  • Elodie Palasse

    @kidplastic : “bon sang mais c’est bien sûr” ! Judicieux conseil. Je ferais mieux de passer mes week-ends à Paris, moi. Des volontaires pour une virée Mackintosh/Hoffmann à Orsay ?? 😉

  • Elodie Palasse

    @Maupado : En revanche, si tu modifies les coloris sur la version “tremblée”, l’image achève complètement de se brouiller. Je trouve étonnant que finalement, cette assise soit avant tout identifiable par le “code couleur”, celui qui lui a donné son nom, adopté en cours de route (au départ, gris, noir, blanc, avant de se parer des couleurs de Mondrian). Un peu comme Marylin Monroe, donc, tu changes de couleur, de nom et hop! les sunlights. (honte à moi)

  • Prof Z

    Julien Berthier a fait main Baas sur Rietveld…

  • Elodie Palasse

    @prof Z : oui, et justement la version de Baas est au Centraal Museum, mais je n’ai pas encore uploadé mes photos. La fameuse interprétation “brûlée”…

  • Prof Z

    … et Mateeen a fait main Baas sur Arman
    http://www.arman-studio.com/RawFiles/003106.html

Something to Say?

Your email address will not be published.