Pour Cinna, Eric Jourdan invoque le fantôme de Breuer

Présentée à l’occasion de Maison&Objet, la collection Dino d’Eric Jourdan pour Cinna est sans rapport avec la compilation éponyme des oeuvres de Dean Martin. Pas de membre du Rat pack du côté des influences, c’est plutôt vers le Bauhaus que le designer s’est tourné : “La collection Dino est très architecturale, je voulais suspendre des blocs à l’intérieur de parois (courbes ici) et travailler sur des différences de niveau et de couleur. J’avais en tête certaines architectures de Marcel Breuer. J’aime l’idée que la construction, l’assemblage des volumes soit présent dans la lecture des meubles qui sont en général des boites fermées. Chez Dino tout est mis visuellement en évidence.” (…)

Launched during Paris’ Maison&Objet event, Eric Jourdan’s Dino collection for Cinna has nothing to do with the eponymous Dean Martin’s compilation. Regarding the influence, no Rat pack member involved, rather a Bauhaus’ one: “The Dino collection is very architectural, I wanted to suspend blocks within the sides (curves here) and work on the level and colour differences. I had some Marcel Breuer structures in mind. I like the idea that the construction, the assembly of the volumes is present in the interpretation of the furniture which is in general closed boxes. With Dino everything is visually prominent.” (…)


Placage de noyer, éléments laqués au fini satiné (mastic, argile, bleu lavande ou gris éléphant) et piètement d’aluminium sont la signature du designer, une formule appliquée aux deux tables, au secrétaire, au bureau et à l’enfilade qui composent la collection Dino.

Veneered walnut, satin-finish mastic, argile, lavender blue or elephant grey lacquer, brilliant-polished aluminium base act as the designer’s signature on his Dino collection, comprised of two tables, a secretaire, a desk, and two side boards.

Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD), le designer âgé de 50 ans a travaillé avec Philippe Starck (chez Thomson) et l’architecte Ruedi Baur. Eric Jourdan s’est vu offrir une “Carte Blanche” du VIA en 2002, ainsi qu’une exposition monographique à la Fondation Cartier en 1991.  Pour Cinna, Eric Jourdan avait précédemment signé les collections Hyannis port et Stem, ainsi que les canapés et fauteuils Harry (2010).

An ENSAD (cole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) graduate, 50-year-old designer Eric Jourdan has worked with Philippe Starck (Thomson era), architect Ruedi Baur, and been offered a VIA “Carte Blanche” in 2002. The Paris Fondation Cartier exhibited his works as soon as 1991. Eric Jourdan had previously imagined the Hyannis port and Stem collections for Cinna, as well as the Harry seats (2010).

(Eric Jourdan)


Comments

8
  • Lavesvre Maurice

    Bonjour,

    Merci pour ce très bel article très documenté et passionnant.
    Si j’ai qu’un petit problème, c’est que cette collection DINO de Eric Jourdan a bien été présentée au salon Maison et Objet mais sur le stand Cinna et non pas sur le stand Ligne Roset. Depuis plusieurs années Cinna a édité de ce designer les collections Hyannis port et Stem ainsi que les canapés et fauteuils Harry (en 2010).
    Tous ces éléments peuvent être retrouvés sur le site http://www.Cinna.fr
    Encore merci pour votre intérêt pour nos créations
    Maurice Lavesvre – DG Cinna

  • Prof Z

    J’ai commencé par me dire un bureau graphique et des volumes architecturés mais est ce fonctionnel ?La reduction du plateau permet de mettre plus de dossiers ou de livres sur le côté et le débord de la paroie courbe permet de retenir les objets sur le plateau…
    Je n’aime pas toutes les déclinaisons . Il ne lui reste plus qu’à faire un lit pour solo

  • Prof Z

    « Je me méfie de la main et de ses recettes formelles, de ses réflexes. Je ne dessine presque pas, c’est la phase mentale qui compte, j’ai le concept de l’objet, “le machin”, en tête. Je fais juste quelques croquis pour le communiquer à mes assistants, qui le passent tout de suite en 3D. […] Avant, on choisissait une courbe sur le perroquet, maintenant on désigne des images, des objets dont on s’approprie des détails. Toutes les formes existent, il n’y a pas à les redessiner mais à les désigner et à se les approprier pour donner une forme au concept imaginé.” Mathieu Lehanneur

  • maupado

    Superbe dé-composition, qui ne doit rien à personne.
    Il peut bien laisser le fantôme de Breuer où il est.
    La connexion entre le caisson et le plateau du bureau est particulièrement audacieuse et virtuose.

  • Prof Z

    une fragmentation du bureau Stem de Ligne Roset par Eric Jourdan…..
    http://duenderelationspresse.files.wordpress.com/2008/08/bureau-stem.jpg

    ….selon l’architecture de Breuer. Une tres belle f(r)acture de designer ensemblier
    http://www.artvalue.com/photos/auction/0/47/47662/breuer-marcel-1902-1981-hun-us-grand-bureau-moderniste-asymet-2537724.jpg

  • Elodie Palasse

    @Maupado : je suis d’accord, et j’ai hâte de voir ça en show-room. Le piège, c’est que le style bien particulier de ces meubles ne soient excluant : en gros, tu achètes plusieurs pièces de la même série si tu n’es pas un virtuose de la déco. D’une boutique Cinna à une autre, on a déjà l’impression, parfois, d’avoir à faire à des catalogues différents. Choix des coloris ou scénographie, l’écart de rendu est parfois stupéfiant.

  • 사진갤러리 - 아름다운 옛날성

    사진갤러리 – 아름다운 옛날성…

    Pour Cinna, Eric Jourdan invoque le fantôme de Breuer…

Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.