L’amiante reçoit Carte blanche : {objet} trou noir

L’amiante neutralisé par un procédé de vitrification, une matière dernière devenue première entre les mains des designers ? Leurs géniales déclinaisons (d’un noir laqué, évoquant l’obsidienne) du COFALIT ont valu à Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard une Carte blanche 2011 du VIA.

Neutralized and vitrified asbestos, shifting from waste to raw material in the hands of designers? Thanks to their brilliant use of COFALIT (black, lacquered pieces, similar to obsidian), Gaëlle Gabillet and Stéphane have received the 2011 VIA Carte blanche.Présenté à Milan à l’occasion du Salon, le projet de Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard s’intitule « {objet} trou noir ».

Introduced during the Salone del Mobile in Milan, Gaëlle Gabillet and Stéphane Villard’s project is untitled « {objet} trou noir » (« {item} black hole »).

Une tonne d’amiante est nécessaire à la production de 350 kg de COFALIT.

A ton of asbestos will give, once vitrified, 350kg of COFALIT.

“En réponse à la prolifération croissante des objets et à ses conséquences environnementales inévitables (impact de l’exploitation intensive des ressources, disponibilité des matières premières, augmentation des déchets et encombrement), Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard présentent, à travers trois études, des {objets} trou noir qui absorbent nos déchets et d’autres objets. La première étude intitulée « Matière dernière » valorise un matériau étonnant provenant de la récupération des déchets ultimes de notre société. Ainsi, à partir du Cofalit, produit issu de la vitrification des déchets amiantés du bâtiment rendus inertes, les designers valorisent les propriétés thermiques et esthétiques de ce matériau en créant des briques, des tuiles et des tomettes, à la fois réfractaires et diffusantes de chaleur. Elles seront utilisées pour la construction de poêles, de radiateurs et de revêtements de sol, etc.”“In an attempt to slow down the accelerating proliferation of objects and forestall dire consequences for the environment (over exploitation of resources, diminishing raw materials, accumulation of wastes, encumberment), Gaëlle Gabillet and Stéphane Villard present three studies in black hole {objects} that help absorb our wastes and simplify functions. The first study, entitled ‘End matter’, valorizes an amazing new material known as Cofalit, which is the residual product of the processing of toxic wastes generated by our society. Cofalit is a black obsidian-like substance formed by the vitrification of asbestos- contaminated construction detritus. The designers have used the high thermal inertia and aesthetic qualities of this material to create bricks and tiles that resist high temperatures and diffuse heat. With the bricks and tiles they have built stoves, heaters and floors.”

“La deuxième, « Pièces détachables », met en évidence comment les pièces détachées qui composent un objet (l’aspirateur) peuvent chacune devenir autonome pour composer des objets à part entière (ventilateur, coupe, seau, balai) ou comment, associées entre elles, elles peuvent générer d’autres objets (tabouret, lampe, chauffage d’appoint et… aspirateur). Enfin, la troisième, « Art ménager » propose un service de table dont les pièces assemblées entre elles permettent de créer de l’électroménager (plaque à induction, poêle, cuiseur vapeur, grill, bouilloire, yaourtière, réchaud, etc.). Cette recherche démontre qu’en déspécialisant les objets on pourrait réduire leur nombre sans renoncer à la diversité des usages.”

“The second study, ‘Detachable parts’, shows how a basic appliance such as a vacuum cleaner can be broken down into independent parts, each of which can function either alone (fan, dish bucket, broom) , or in different configurations (stool, lamp, heater and… vacuum cleaner). The third study, ‘Kitchenware’, proposes a basic set of components that can be assembled to create various electrical appliances (hot plate, stove, steam cooker, grill, kettle, yoghurt-maker, etc.). These studies prove that by designing non-specialist objects we can reduce the number of products without relinquishing diversity of functions.”

(sources VIA et Scary Jeans ; images Marie Florès et Simon Thiébaut)



Comments

16
  • Sklerijenn

    Merci de m’avoir cité comme source !
    Je trouve en effet que ce projet est une démonstration de l’intérêt à soutenir le design et ses acteurs, bravo au VIA pour cette carte blanche !

  • Elodie Palasse

    @Sklerijenn : mais c’est vrai, tu es une des très rares personnes à en avoir parlé. Et le VIA n’excelle pas côté communication… Le projet est réussi à mon avis, et le COFALIT est une prouesse 100% française, qui mériterait plus de publicité (j’ai proposé un article à ma rédac’ chef, croisons les doigts).

  • Prof Z

    Ni le Via, ni l’Ensci, ni la plupart de ses élèves n’excellent en com . Ce projet comme celui utilisant le carbone pendant le designer’s days ont en commun la couleur noire …celui du dossier de la promotion du design et des designers français.

  • Prof Z

    Ce travail est à voir lors de l’exposition “VIA Design 2011” au VIA 29, avenue Daumesnil – 75012 Paris tel 01 46 28 11 11 du 8 au 26 juin 2011. Pour des explications détaillées comme à l’Ensci, comme au lieu du design … il faudrait peut être des visites guidées.

  • maupado

    Super projet, super matériau, et patronyme invraisemblable, tout sauf une prouesse en tout cas. Entre le Via et ces industriels, dire que la communication n’est pas excellente, c’est un léger euphémisme.
    Heureusement, les visuels sont inspirés et les blogueurs (ses) sont là…

  • Elodie Palasse

    Dur, Maupado ! Prouesse pour les Landais d’Inertam, et le travail de ces jeunes designers a le mérite de démontrer qu’avec un matériau a priori un peu rebutant et pas sexy on peut réaliser autre chose que des sous-couches autoroutières, des produits du quotidien de surcroît. Après, c’est vrai, les photos sont fabuleuses. Les objets, peut-être moins spectaculaires ? Ne mets pas tous les blogueurs dans le même paniers, ni les lecteurs : on ne court pas tous derrière l’image qui cache la forêt. 😉

  • Prof Z

    …. le VIA produit de la “matière grise” mais ne fournit pas de loupe ni de traducteur

    http://www.via.fr/telechargement/Catalogues/catalogueVIA2011-aides-a-la-creation.pdf

  • Prof Z

    “Le design est un dialogue ” Jasper Morisson….
    “Nous aimerions proposer une forme dialogique entre cette praxis du design (notre projet) et une réflexion théorique et historique issue du champ de l’art contemporain. Notre projet de concept des Objets Trou Noir sera ainsi discuté par une historienne de l’art contemporain (Rozenn Canevet) (la suite sur http://www.makingsensesociety.org/archives/210)” Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard

  • POG

    Carte blanche pour trou noir. Il me semble que le matériau et le projet sont les stars ici, les objets deviennent un peu secondaires quoique pas moches du tout. Ils ont ouvert la voie, aux autres designers d’en faire quelque chose de plus excitant peut-être. Et puis pour la com, on a Sleek :o)

  • Elodie Palasse

    Le Cofalit délie les plumes… Bon, il y a Sleek, il y a Sklerijenn pour en parler, et je vais glisser également une actu dans le prochain n° spécial Intérieur du magazine AMC. @POG : je demande une commission au VIA pour la com’, non ? 😉

  • candyves

    La production du Cofalit semble très couteuse en énergie électrique, le projet est interressant surtout si les objets obtenus se substituent au verre ou à la céramique (eux même très énergivores),

  • Prof Z

    Bénédicte Amiel , Business Development Manager d’Europlasma va probablement nous répondre…. ou Michel Bouisson car le vrai “Design au banc ” c’est ici? non?

  • Lh

    Toutes les pièces détachées du “faitout” sont elles exclusivement composée de cofalit ? (Ou certaines des structures autonomes comme la bouilloire, les assiettes sont en verre, plastique, metal..?)
    Si la bouilloire par exemple est en cofalit, de quelle manière est elle composée/structurée pour qu’en l’attrapant on ne se brûle pas les doigts ?
    Comment fonctionne le système électrique intérieur, comment est le circuit, comment ça chauffe ?
    quelqu’un aurait-il réponses à mes questions ???
    Meeeerci !!

  • Elodie Palasse

    @Lh : d’intéressantes questions, certainement à poser aux deux designers 🙂 Sur http://www.gaellegabillet.com, page “contact”

  • Bour Marie

    Où acheter vos produits, noamment les briques et tomettes ,
    je serais très interessée, à court terme de surcroît.
    Merci

  • Elodie Palasse-Leroux

    Bonjour Marie, Vous pouvez contacter les deux designers, qui seront ravis de répondre à vos questions. Merci

Something to Say?

Your email address will not be published.