Bruce Bolander, The Whitehouse Post (Chicago)

L’architecte Bruce Bolander, qui vit et travaille à Los Angeles, vient d’achever la rénovation des bureaux du Whitehouse Post, à Chicago. Ceux-ci présentent la particularité d’être installés dans un immeuble réalisé par l’architecte Otto H. Matz en 1893, Courthouse Place (également connu sous le nom de Cook County Criminal Court Building).

Los Angeles-based architect Bruce Bolander has redesigned the Chicago offices of The Whitehouse Post, nested in the historic Otto H. Matz’s 1893 Courthouse Place (also known as the Cook County Criminal Court Building).

Présent dans l’édifice depuis 1995, le Whitehouse Post a récupéré le 5ème étage, doté de plafonds hauts de plus de 5,5 mètres, la façade percée d’ouvertures sur toute sa hauteur. Le travail de rénovation visait principalement à dénuder la brique d’origine, l’acier de la structure et d’apporter plus de lumière aux quelque 1 580m2. Le ton sable, clair, de la brique, comme celui des lattes de bois ou de la peinture epoxy blanche appliquée aux sols permet ainsi d’apporter et diffuser la lumière. Des bureaux d’acier, des tables de travail en bois et des canapés Modernica (Bolander en est le designer) ont été mêlés aux pièces de mobilier vintage, rafraîchi à l’aide de tissus contemporains aux tons vifs.

Already settled in the building, the Whitehouse Post offices have spread to the fifth floor , with 19-foot-high ceilings and nearly full-height windows. The main goals of this renovation were to expose original brick and structural steel and bring more light into the 17,000 sq. ft. space. The light tone of the exposed brick, wood slats and white epoxy floors help to brighten the office. Steel desks, plywood tables and some Modernica sofas (designed by Bolander) were mixed to vintage pieces, reupholstered with new, colorful fabric.

“Nous avons concentré nos efforts sur la circulation de la lumière, faisant en sorte qu’elle pénètre l’espace de part en part ; parfois, cela ne nécessitait rien d’autre qu’un changement de stores, ainsi que la couleur des murs et du sol. Dans certaines parties en revanche, nous avons ouvert les espaces afin que la lumière entre dans les pièces par le biais des larges couloirs, ” détaille l’architecte, Bruce Bolander. “Mon intention était de supprimer les ajouts accumulés au fil des réfections, afin de rendre son aspect d’origine à la structure. Nous avons donc mis à nu les murs de briques, la structure d’acier, établissant un lien entre l’ancien et le nouveau.”

“I focused the design so that the light from the outside came all the way through, which was occasionally as simple as changing the blinds, wall and floor color.  In other areas, we cut out some of the perimeter offices to let light in along the large corridors,” said the architect, Bruce Bolander.  “The intention was to try to peel back and get back to the basics of the building, so we uncovered the brick and steel pieces, bridging the old and the new.”


(source Sub Studio, photos Mike Schwartz)




Comments

1
  • maupado

    très chic et très sûr, et aussi une agréable bizarrerie, au milieu de toute cette vocation réfléchissante (parlant de lumière, les neurones, c’est une autre affaire), que cet escalier bien noir et massif, quasi zoomorphique, gueule fendue d’un énigmatique sourire horizontal et posé sur les pattes arrières…

Something to Say?

Your email address will not be published.