Stéphane Parmentier : le designer et la tour de contrôle

Stéphane Parmentier ajoute de nouvelles pièces à sa collection de mobilier Altaïr (aux éditions Ormond), qui seront présentées durant le London Design Festival chez L&B, distributeur exclusif.  Après Sunset et Sunrise, l’élégant designer surprend en s’inspirant du monde aéronautique, et plus précisément des tours de contrôles et satellites de l’aéroport de Roissy – un style architectural très connoté, ancré dans le début des années 1970, objet de fascination de la part du designer.

French designer Stéphane Parmentier just added new models to his Altaïr furniture collection (edited by Ormond), to be introduced at L&B during the London Design Festival. After Sunset and Sunrise, the designer’s latest creations have been, surprisingly enough, inspired by the Roissy airport’s control towers – a typical illustration of 1970’s architecture that holds a fascination for Parmentier.

La collection Alataïr compte une série de meubles d’appoint et pièces décoratives (certaines portent la gradation colorée ascendante précédemment développée sur des pièces comme Sunset & Sunrise), qui se glissent tour à tour dans le rôle de tabourets et tables, bouts de canapés ou tables de nuit. Pour la série capsule Kask, Stéphane Parmentier a choisi de travailler l’ardoise et le marbre – matériaux qui, explique le designer, “ne révèlent leur véritable identité qu’au toucher.”

The “Altaïr” collection comprises an array of accent pieces (some of them showing ascending gradations of colour, as Sunset & Sunrise already were) which can be used as stools, tables, and bedside tables. Made of stone and wood, they display a balance between simplicity and sophistication. For the Kask mini-series, designer Stéphane Parmentier has chosen to work with slate and marble, “which only reveal their true identities when they are touched”.


Avant de lancer son propre studio de design et d’architecture intérieure en 2002 (avec succès, ses réalisations illustrant régulièrement les couvertures de magazines d’art de vivre), Stéphane Parmentier a été responsable du département prêt-à-porter féminin chez Givenchy, mais également l’assistant de Karl Lagerfeld. Installé à Paris, le designer a récemment signé un partenariat avec un des fleurons de l’argenterie de luxe à la française, Christofle, tandis que le géant France Telecom/Orange lui a confié l’architecture intérieure de son nouveau siège.

Before starting his own, sucessful design & interior architecture business in 2002 (gracing the covers of many a glossy magazine since), Stéphane Parmentier has worked as head of womenswear at Givenchy, and as an assistant to Karl Lagerfeld before setting up his interior architecture and design agency in 2002. The Paris-based designer has recently set up partnership with silver flatware renowned firm Christofle, while France Telecom/Orange asked Parmentier to design their new Paris headquarters offices.

Kask (collection Altaïr), designer Stephane Parmentier / Ormond editions
Forest (coll. Altaïr), designer S.Parmentier / Ormond Editions


Comments

12
  • Prof Z

    Le design est un Big Game …. de formes , de couleurs, de matériau, d’histoire , de finition et de notoriété….

    http://static.dezeen.com/uploads/2009/05/blur-by-big-game-13042009164100_s.jpg

  • Déco Design Anglais

    Un frenchie au London Design Festival…on parie déjà qu’il rencontrera un beau succès !

  • Elodie Palasse

    @Déco design anglais : en espérant aussi qu’il sortira de Belgravia (L&B) pour s’encanailler en des lieux un peu moins figés.

  • Prof Z

    Chassé croisé des célébrités entre les tours de contrôles du web 2.0
    Dans le fog, Stephane Parmentier pourra sans doute croiser les célébrités françaises du design comme Patrick Jouin avec une lampe 2.0 made in Belgium vendue par une Galerie new yorkaise, les Bouroullec avec une lampe et une table made in Italy mais co-édité en UK , Sempé +Azambourg + etc …. made in France dans la Roset du matin… mais pas les Big Game préparent à Lausanne la rentrée de l’Ecal et d’ Ecal Luxe … Le grand Marcel Wanders fera une apparition, une appearance, au breakfast de Surface (cela ne s’invente pas) ….alors que Karim Rashid ira lui en jet de Turquie vers Amsterdam ( il y a un studio) avant d’aller à NYC ( il y a un studio) puis au Pérou….sans oublié Ora Ito qui collera ses semelles au mur pour laisser son empreinte…

  • maupado

    résonances et correspondances, un monde se dessine sous le disque, dans le cylindre, passionnant:
    Roni Horn:
    http://artisnotdead.blogspot.com/2009/05/roni-horn-at-tate-modern-london-uk.html
    Léa Padovani et Sébastien Kieffer:
    http://www.muuuz.com/2011/09/19/pdw-table-wryneck-par-pool/

  • Elodie Palasse

    @Maupado : Léa Padovani, une petite-cousine ? J’ai effectivement vu les petites tables pendant la PDW, c’est charmant.
    Parmentier expose à Paris son travail du marbre, on aura l’occasion d’en parler sous peu.

  • maupado

    Non, Élodie, aucun lien connu de parenté aux premiers degrés.
    C’est un Padovani qui a dessiné le cours principal d’Ajaccio, et les Padovani sont tous originaires de Padoue. Où fut créée la pavane. Ou bien où on dansait comme les paons, va savoir.
    Quel rapport?

  • Elodie Palasse

    @Maupado Le rapport avec Parmentier ? 1/ tu as commenté dans le post qui lui était consacré et 2/le cylindre http://www.whitemoongallery.com/artistes/stephane-parmentier

  • maupado

    Ah mais non, voyons, je ne suis pas si gâteux, c’est simplement, chère Élodie, que personne ne se pavane, ici, et que tout ce qu’on y voit est toujours très ambitieux, sans jamais prétendre.

  • Elodie Palasse

    @M : un Pado, ça ne se pavane pas, ça s’impose naturellement, de père en fils, de mère en fille 😉
    D’ailleurs… vous ne seriez pas le monsieur Padovani (Martin ? Michel ?) vu dans la presse ? I <3 ce que vous faites, beaucoup, indeed.

  • maupado

    On envisagea Maximilien, Melvil, on aurait apprécié Milos, voire Miles, Milan était inespéré, ça va finir sur Modeste.
    Maintenant, qui me croise m’appelle Marcel, et rit, pas même sous cape.
    A part ça, merci pour tout. 🙂

  • Elodie Palasse

    “M” comme “Mythe”, et puis c’est tout. 🙂

Something to Say?

Your email address will not be published.