Anouchka Potdevin : 2 chaises = 4 vases + 1 siège + 1 lampe

On se demande si le bureau de style NellyRodi ne fait pas un peu de son marché (prospectif) sur Sleek design… Car, après Gesa Hansen, c’est au tour de la designer Anouchka Potdevin (son fameux maxi siège Dsàt rejoindra, à l’occasion de la Paris design week, les vitrines du magasin Lafayette Maison) d’être invitée à exposer à Maison&Objet.

Somebody at NellyRodi’s must be a keen Sleek design reader, for we could not but notice that, after Gesa Hansen, the trend & forecasting agency just picked up designer Anouchka Potdevin (whose uncommon Dsàt seat will stand proudly in the Lafayette Maison windows during the Paris design week) to exhibit her work at Maison&Objet.

Elle y déploiera son talent au sein des expositions “Couplicité” (Vincent Grégoire, directeur du département Art de vivre chez NellyRodi SA, a conçu cette exposition dans le cadre du Parcours Tendance, sur le thème de la “singularité”) et “Décal’Art” (autre réalisation du bureau de style, cette fois sur Craft, l’espace des métiers d’art).

Both events “Couplicité” (curated by NellyRodi’s Vincent Grégoire, the exhibition is part of the Parcours Tendance) and “Décal’Art” (on Craft, part of the M&O trade fair, that highlights arts & crafts upcoming talents) will host some of the designer’s creations.

Dsàt ("Des sièges à tomber"), designer Anouchka Potdevin, en coll. avec Mickaël Laurent - Lafayette Maison

Last but not least, Anouchka Potdevin sera présente du côté de Now! Design à vivre, avec ses intrigantes propositions de réemploi de la chaise de cuisine Formica®. C’est la phrase mathématique que chacun devrait maîtriser en cette rentrée :  2 chaises = 4 vases + 1 siège + 1 lampe. Le compte est beau.

Last but not least, Anouchka Potdevin presents on Now! Design à vivre her alluring upcycling theories, applied onto your Grandma’s good old Formica® chair. The designer makes maths fun with her “2 (old) chairs = 4 vases + 1 seat + 1 lamp” formula. Learn by heart by September 8.


Tous les détails et coordonnées sont à découvrir sur le blog de la designer.

(source Anouchka Potdevin)


Comments

17
  • Sklerijenn

    Le ré-emploi est une matière, un état d’esprit. Il joue souvent de l’anecdote et nous souffle des souvenirs, mais dans le travail d’Anouchka, l’objet prend son autonomie. Evidemment on lit dans le dessin et les matières une histoire qui fuit la page blanche, mais la maîtrise de cette matière fait que sa forme n’est pas un hasard et si c’est le cas c’est alors le Serendipity : la rencontre des hasards et intelligences ! Un concept scientifique que j’affectionne et défend dans le contexte de la création.
    Notons le choix du visuel pour “couplicité” : http://www.maison-objet.com/fr/inspirations/#couplicite

  • Prof Z

    Le tendanceur ou “tendanseur de tango”, “voleur” selon Starck ,Grégoire n’a pas crée son neologisme annuel car couplicité a été emprunté au sociologue Ronan Chastellier….
    Comment fait-il son fourre tout annuel : “Ma dernière visite au Salon du Meuble à Milan m’a confirmé cette tendance. J’y ai remarqué un nombre incroyable d’objets doubles, de chaises l’une à côté de l’autre, l’une emboîtée dans l’autre… A partir de là, j’ai souhaité mettre en avant tout ce qui était double, en osmose, en fusion et en harmonie : une double assise, une bi-matière, un objet bi-couleurs, bi-styles, bi-fonctions…”Après la période métrosexuel , le design est bi… l’année prochaine il sera no sex.

  • Elodie Palasse

    Le Prof Z bâcle son boulot. On cite ses sources, môssieur ! http://www.1703factory.com/reperages/

  • Elodie Palasse

    (Note aux lecteurs : Sklerijenn sait de quoi il parle, car en fait de sérendipité – oui, oui, Skl., il existe une version francisée de la découverte de Walpole – c’est le hasard qui a mis Anouchka Potdevin ou Emma Hedberg sur sa route, à LISAA Rennes, et c’est son intelligence qui a donné le petit coup de pouce, généré les bons conseils, accompagné l’éclosion. Merci, donc, Sklerijenn. A quand la suite ?)

  • Sklerijenn

    C’est en effet Walpole qui m’inspire et je n’utilise pas ce mot juste pour l’écrire, je le vis !
    Emma en est témoin, la sérendipité est un hasard que l’on habite. Il faut savoir l’exploiter. Pour apprécier l’instant de sérendipité, il faut être ouvert et accepter la citation, l’évidence tout autant que l’inconnu.
    Et le simple fait de choisir un terme comme celui de “couplicité” et de réfléchir à partir de cette notion, fait que l’on invoquera des évidences tout autant que des découvertes. Je ne me permettrai jamais de reprocher à une personne ou un groupe de proposer sa vision : vive ceux qui font !
    (Merci Elodie pour cette note aux lecteurs, c’est sincèrement la place que je me suis donnée : accompagner. Et tu sais de quoi tu parle !!!)

  • Elodie Palasse

    Ah (sigh), the things we do for love. For design. For the love of design 😉

  • Prof Z

    @Elodie Palasse
    Quel boulot! Je suis un deconstructeur , un fertilisateur croisé, un contextualiseur, un concepteur, un marketeur, un accompagnateur de designers émergents…..
    http://cn1.kaboodle.com/hi/img/c/0/0/10/f/AAAADEe6n6EAAAAAABD7pQ.png?v=1228140485000

  • Elodie Palasse

    @Prof Z : mettons ça sur le compte de ma mauvaise foi, mais je n’ai pas saisi la subtilité de la plaisanterie 🙂

  • maupado

    Les 5.5 avaient en quelque sorte et au moins médiatiquement ouvert la voie, annoncé la couleur: le temps était venu de regarder avec bienveillance les vieilles chaises branlantes et autres meubles pitoyables plus ou moins modestes, menaçant ruine et promis à la déchèterie à brève échéance. Il était temps de ne plus gaspiller, de faire durer. Mais la médecine proposée, le rafistolage genre hôpital de campagne tendance Berezina, montrait rapidement ses limites: les objets ne ressortaient pas en meilleure santé physique ou cérébrale et le bricolage s’avéra plus coup promotionnel magistral pour les excellents designers que résolution pérenne pour les meubles.
    Bien qu’apparemment voisine ou en tout cas fondée sur une même ou cousine croyance que tout n’est pas perdu, La démarche d’ Anouschka Potdevin est en réalité toute autre:
    Elle n’a pas l’intention de redonner vie aux objets qu’elle utilise. Elle les récupère à l’état de détritus, c’est son mot, mais son objectif n’est pas de réparer ce qu’ils étaient. La chaise de cuisine “tube et formica” est disponible, à l’état de ruine, en quantité quasi inépuisable? Elle en fera son matériel et son matériau de prédilection. Elle se livre d’abord à une minutieuse déconstruction puis procède a un tri implacable: elle est, elle-même, la déchèterie sélective. Ensuite, patiemment, méthodiquement, elle répare d’abord les éléments qui peuvent l’être et reconstruit finalement, avec eux, de tout autres objets, totalement “neufs” et totalement “originaux”, qui conservent seulement la mémoire élémentaire des objets originels. Pour ses compositions, elle associe aux éléments récupérés des compléments divers et variés qu’elle dessine elle-même, une assise de la taille d’une banquette, des coussins gainés d’étoffes quasi luxueuses, un bandeau de bois cintré, des moitiés de vaisselle, des abat-jours de vannerie, etc…ainsi vont naitre des sièges, des luminaires ou des vases, hybrides, pluriels, métissés.
    La construction est artisanale, la solution plastique aussi sobre que personnelle et la résolution finale toujours légère.
    Avec ses soudures parfaites, ses laques impeccables et ses selleries raffinées, ce n’est plus seulement de la création, c’est de la transcendance, modeste et opiniâtre, le comble de l’élégance.
    En tout cas la plus stimulante proposition vue à M et O.

  • Elodie Palasse

    “En tout cas la plus stimulante proposition vue à Maison et Objet” en cette rentrée : Maurice, serais-tu déçu d’apprendre que ton avis est largement partagé ? Le stand de la belle Anouchka a été pris d’assaut. Défilé permanent de journalistes alléchés et acheteurs en pagaille. C’est bon de voir qu’on valorise à nouveau le savoir-faire, l’amour des arts décoratifs et de l’histoire des techniques (il faut la questionner, elle est passionnée et incollable). L’engouement factice de M&O pour les assises molles, aux coloris acidulés, peu élaborées et accompagnées de discours creux sur la planète en danger (sans rapport aucun avec le processus ni les matériaux mi en oeuvre) commençait franchement à ternir la médaille… Anouchka ne tombe pas non plus dans l’écueil de l’écolo-caution, fidèle à son credo depuis belle lurette (non qu’elle soit très âgée, 36 printemps à peine).

  • maupado

    36? elle ne les fait pas!

  • Prof Z

    Le collectif designers français 5.5 proposait des prothèses bien visibles comme des médailles d’ancien combattants pour les meubles blessés par l’usage ou les mauvais traitements . Positionnement professionnel et médiatique, ( petite) provocation face aux starkanovistes de la nouveauté en design qui polluent les pages de style et les années milanaises plus que nos intérieurs . Il y avait là une béquille verte pour remplacer un pied de chaise et là une assise verte etc….. Ces chaises réanimées étaient toutes alignés devant un photographe pour une image de pub verte.: le petit oiseau va sortir….. peint en vert.
    http://www.treehugger.com/reanim-5.5.jpg

  • Elodie Palasse

    Anouchka ? Non, elle est parfaite, te dis.

  • Elodie Palasse

    @Z : les 5.5 avaient à mon avis participé (parmi d’autres) à l’amorce d’une réflexion, et ont en commun avec Anouchka Potdevin la volonté de “mettre les mains dans le cambouis”, de “mouiller le maillot”. Pour leur première collaboration avec Bernardaud, ils m’avaient expliqué avoir cherché la meilleure formation dans les arts du feu, et étaient ainsi partis plusieurs semaines aux Pays-Bas pour apprendre -ce qui leur avait par la suite permis de comprendre le travail des praticiens qui allaient travailler sur leur collection. Dans la même veine, Anouchka a passé, si me souvenirs sont bons, un CAP en métallurgie pour asseoir (sans jeu de mots) son savoir faire.

  • Prof Z

    Droit à la mort des objets: le suicide des objets par Philippe Ramette
    http://rolu.terapad.com/resources/648/assets/01%2001%20june%202011/EZrosenboomINSP-375×400.jpg

  • Prof Z

    “Ouvriers designers” c’est un joli trouvaille textuelle et conceptuelle des 5, 5 designers mais tout cela pour replacer l’anse des tasses “de manière aléatoire dans un mode de production standardisés”? Sam Baron ne fait pas mieux avec la Fabrica au grand Hornu. On est dans le catalogue des objets introuvables ….
    http://preac.crdp-limousin.fr/Ouvriers-Designers-Les-5-5.html

Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.