Julien Bergignat lauréat France du Dyson Award

La nouvelle est tombée hier : le projet Santécologie (oeuvrant à une optimisation des déchets médicaux dans les hôpitaux) du designer Julien Bergignat, que les lecteurs de Sleek design ont pu découvrir en février dernier, est notre lauréat national du James Dyson Award 2011. En plus du prix de 1000£, Julien nous a annoncé qu’il serait en charge de la scénographie de l’exposition Dyson à l’occasion des Designers’ days 2012, et bien évidemment en lice pour l’International Dyson Award, aux côtés de 17 autres finalistes.

The news came yesterday: designer Julien Bergignat‘s Healthcology project (oriented towards optimization of medical waste management in hospitals), that Sleek Design readers discovered last February, has been voted France’s national winner of the Dyson Award 2011. On top of receiving a £1, 000 prize , Julien told us he’s been given the opportunity of curating the Dyson exhibition during the 2012 Designers’ days in Paris, and is of course shortlisted, among 17 other finalists, for the International James Dyson Award.



“Imaginez une solution à un problème” :  le Santécologie de Julien Bergignat, un visant à  projet 3-en-1 qui vise à “améliorer le tri des matériaux recyclables (RVB), l’adaptation de l’équipement (Dess), et enfin l’évolution des outils médicaux (Scalp-L)” répondait parfaitement à l’énoncé. Félicitations, Julien, et nous croisons les doigts pour la suite.

“Design something that solves a problem” was the given brief to enter competition. Bergignat ‘s Healthcology, a 3-in-1 concept aiming at « improving the sorting of recyclable material (RVB concept), adapting waste collection equipment to the newly implemented cycle (Dess concept), and developing evolutive medical tools (Scalp-L concept)”, certainly fits the bill. Congratulations, Julien, and fingers crossed…




Comments

8
  • Prof Z

    James Dyson Award : 10 projets français sélectionnés pour l’international, 1 lauréat
    national Julien Bergignat
    http://www.apci.asso.fr/?p=7054

  • maupado

    un bravo général.

  • Sklerijenn

    Belle performance des établissements français, pourtant si critiqués par … les français eux-même ! ;D
    @Elodie le choix d’en montrer le dessin est judicieux, la main doit rester le prolongement des idées ! – vieillotte ma remarque, mais c’est un débat permanent avec les étudiants ! -.

  • Elodie Palasse

    @Sklerijenn : entièrement d’accord, c’est le cheminement dessein-dessin-design qui doit être mis en évidence.

  • Prof Z

    1/Franco french award
    Au noter qu’il s’agit ici d’un concours Dyson franco français mais que le projet primé par Dyson en Angleterre concerne également la santé ( l’hôpital ). De là à dire que Sir Dyson a une idée derrière la tête sur ce marché en forte croissance… Comme j’ai conseillé un designer qui est à maintenant à l’intérieur du groupe, je vais sans doute avoir vent de la stratégie ….
    2/ “Inséminations digitales” ensciennes
    Il arrive même que la main ( surtout celle du bras droit) ait des idées ….
    Je me méfie des “inséminations digitales” ( la formule est de Jean louis Fréchin , prof à l’Ensci) surtout celles des “digital natives … Pierre Doze dans design 1000 modèles design est très critique sur le Ctrl C Ctrl V du dernier RV milanais.

  • Prof Z

    Pour Mathieu Lehanneur ” le designer est un concepteur de programme »
    « Je me méfie de la main et de ses recettes formelles, de ses réflexes. Je ne dessine presque pas, c’est la phase mentale qui compte, j’ai le concept de l’objet, “le machin”, en tête. Je fais juste quelques croquis pour le communiquer à mes assistants, qui le passent tout de suite en 3D. […] Avant, on choisissait une courbe sur le perroquet, maintenant on désigne des images, des objets dont on s’approprie des détails. Toutes les formes existent, il n’y a pas à les redessiner mais à les désigner et à se les approprier pour donner une forme au concept imaginé. »

  • Sklerijenn

    @ProfZ Je me méfie des terminologies alambiquées avec les étudiants- et c’est dire si on connaît l’alambic en Bretagne !!! -. Je travaille avec des jeunes qui sortent juste de l’enseignement classique, post-bac. Ils n’ont pas tous eu une formation en arts appliqués avant de venir chez nous (Lisaa), on évite la consanguinité.
    Arrivés en dernière année, j’entends : “si, si, monsieur j’ai mon projet, il est dans ma tête !”. Ils n’ont pas toujours le recul et les capacités d’analyse d’un Mathieu Lehanneur, la théorie du : dessine moi ton mouton, me motive et me semble être un moyen de communication approprié. Il peu par contre prendre plusieurs formes, avoir du volume ou être photographique, mais il est un appui essentiel au discours.
    Notre travail est aussi de les aider à se jouer de “ses recettes formelles”. Surtout pour des jeunes de 20 ans.
    De toutes façons, le dessin ne se suffira pas à lui-même, l’étude doit être accompagnée d’analyses, du regard et du savoir, mais cela je l’ai déjà explicité dans un post à propos du travail d’Anouchka Potdevin !
    En ce qui concerne le concours français, je me suis laissé emporter par ma joie, tant pis je reste enthousiaste ! ;D

  • Prof Z

    “Il y a beaucoup de gens qui pensent que le designer n’est que la main d’un cerveau plus intelligent .” Jean Louis Frechin

Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.