Resident: design made in New Zealand

Officiellement lancée la semaine dernière, à l’occasion du rendez-vous Designjunction (London Design Festival) la marque Resident présente sa première collection de 8 produits déclinés en 15 variations, réalisés par les designer néo-zélandais Simon James, Jamie McLellan et Jason Whiteley.

The Resident brand has been officially launched last week, during London Design Festival’s Designjunction event, with a first series of 8 products displayed in 15 variations will be on display, by New Zealander designers Simon James, Jamie McLellan and Jason Whiteley.

Resident se consacre au design contemporain et à la fabrication de mobilier et luminaires. Bien que basée en Nouvelle Zélande, les produits de Resident seront disponibles dans le monde entier grâce à leur plateforme de distribution située à Londres.

Resident is a contemporary design and manufacturing company, specialized in furniture and lighting. Though based in New Zealand, Resident will distribute products worldwide from a London hub.


Le designer industriel Jamie Mclellan a précédemment travaillé pour diverses marques en Australie, au Royaume Uni (en tant que Senior Designer auprès de Tom Dixon), en Europe, aussi bien qu’en Asie et en Amérique. Il a créé son studio en 2006, et vit désormais entre New York et la Nouvelle Zélande. Il confie travailler actuellement sur “une large variété de produits, incluant mobilier et luminaires, équipement de windsurf, tireuses à bière, cercueils, kayaks, vélos et plus encore”.

Industrial Designer Jamie Mclellan has worked for brands in Australia, the United Kingdom (employed as Senior Designer to Tom Dixon), Continental Europe, Asia and America before establishing his own practise in late 2006. He currently lives between New York and New Zealand, working “on a wide range of products, from furniture and lighting to windsurfing equipment, beer taps, coffins, kayaks, bicycles and more”.


Formé à l’architecture en Nouvelle Zélande (il a de nombreuses années collaboré avec les fameux lauréats suisses du prix Pritzker Herzog & de Meuron), Jason Whiteley privilégie une approche du design d’objets et d’espaces influencée par l’histoire. C’est à Londres qu’il a choisi de fonder, en 2010, son studio de design.

Trained as an architect in New Zealand (he has collaborated for years with Pritzker-prize winning Swiss architects Herzog & de Meuron on architecture and design projects), Jason Whiteley favours a historically-grounded approach to making objects and spaces. In 2010 he established his own London-based studio.


L’un des plus influents designers de Nouvelle Zélande, Simon James est le fondateur et directeur artistique de Resident. Diplômé en Design d’espace auprès de l’Université Technique d’Auckland, Simon James a fondé sa compagnie de design dès 2000.

One of New Zealand’s leading designers, Simon James is the founder and creative director of Resident. An Auckland University of Technology’s graduate in Spatial Design, Simon James established his design company in 2000.



Comments

9
  • maupado

    un blogueur designer indispensable, Peter Gabor http://paris.blog.lemonde.fr/ a posté ceci sur un réseau social:
    “Le Rugby c’est design et disruptif”.
    Non, mais, je rêve, vont nous mettre la pâtée, là aussi?

  • Elodie Palasse

    Le rugby, “design” ? Le mot “esthétique” me viendrait bien à l’esprit en évoquant certains joueurs, mais “design”… ? Ben oui, Maupado, justement, “pâtée”=> “disruptif”, là, je suis 🙂
    (intéressant aussi le livre focus sur Lutens, regarde : http://typogabor.com/serge_lutens )

  • Prof Z

    Pas de technologie de rupture dans ce projet de luminaire mais une belle rupture de ligne du dessin que l’on peut d’ailleurs retrouver dans son porte manteau
    http://assets.curbly.com/photos/0000/0008/7237/twig-coat-stand-by-jamie-mclellan-twigdevelopment.jpg

  • Prof Z

    Pour le banc , on peut penser au jeune designer tchèque implanté en Suisse et formé à l’Ecal, Tomas Kral,
    http://designyoutrust.com/wp-content/uploads7/array_stool_01.jpg Designed by Tomas Kral, the Array stool is created from the repetition of a .

  • maupado

    Elodie, il semblerait que la parenthèse à la fin du lien le rende inopérant.
    Pour ceux et celles qui auraient entre autres le temps de vérifier la prépondérance du triangle chez Lutens, une page dans laquelle Gabor raconte sa démarche vers cette œuvre:
    http://paris.blog.lemonde.fr/?s=lutens
    “disruptif” (parfaitement inconnu jusqu’à ce jour, avouons-le sans vergogne) est un terme d’électricité, dont la définition est donc: “produit une étincelle “.
    Le contraire d'”interruptif”, si ça se trouve…

  • Prof Z

    Pour retomber sur mes pieds après cette mêlée textuelle étincelante , j ‘avais vu la ligne brisée des pieds de Jamie Mclellan mais pas les 2 triangles de son luminaire sur pied. J’avais vu aussi qu’il avait été sans doute l’auteur masqué, le bras droit qui avait dessiné la petite lampe de Dixon que l’on pose sur une table comme une petite robe noire pour une mêlée plus sensuelle.
    Pour ceux qui veulent entrer dans les profondeurs des coulisses mentales de la création Frederic Alzeari de l’ Ensci avait fait un excellent mémoire en 2010 sur… le design de mémoire… ce qui peut nous ramener au sujet du jour : la petite Mesh de Bertoïa sur Arnaud Lapierre
    http://issuu.com/ensci-design/docs/memoire_frederic_alzeari Design sous influences

  • Elodie Palasse

    Très intéressant, ce mémoire, merci pour le lien.

  • Prof Z

    Comme le regardeur de design , ce qui est une population beaucoup plus large que l’acheteur de design , ne veut être surpris parce qu’il connaît déjà se posent le problème de la singularité du projet et de l’oeuvre, mais aussi celui celui de l’individuation ( le processus de distinction d’un individu des autres de la même espèce ou du groupe, de la société dont il fait partie)…
    Un ex bras droit est toujours rattaché à celui qui l’a nourri . Difficile de s’en détacher…Dixon by Jamie Mclellan
    http://www.thearchitectsarchive.com/wp-content/uploads/2011/06/Screen-shot-2011-06-10-at-6.24.07-PM.png

  • maupado

    Question esthétique, on a toujours le choix entre la rugosité naturaliste, qui s’associe volontiers à la simplicité, l’efficacité, etc, et donc on se tournera plus volontiers vers
    http://www.slate.fr/grand-format/tronches-mondial-rugby-2011
    alors que d’autres préféreront un raffinement plus calculé mais tout aussi efficace
    http://www.slate.fr/grand-format/mondial-beaux-gosses

Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.