Alain Gilles’ getting “Buzzi” at Maison & Objet

Belgian designer Alain Gilles used to work in the banking industry, when he decided, then a thirty-something already, to train as designer. Hardly over four years ago, after having spent some time learning the tricks of the trade in Xavier Lust and (Arne) Quinze & Milan’s offices,  he set up his own design studio in Brussels.

Le designer belge Alain Gilles travaillait dans le secteur bancaire quand il a décidé, alors âgé d’une trentaine d’années, de reprendre ses études – dans le domaine du design. Il y a à peine plus de quatre ans, après avoir fourbi ses armes aux côtés de Xavier Lust et (Arne) Quinze & Milan, il a lancé son propre studio de design à Bruxelles.

Buzzihood, design Alain Gilles pour Buzzispace

He has since designed dozens of products for such brands as Bonaldo, Casamani, Qui est Paul ?, Urbastyle or the Gosserez gallery in Paris. Alain Gilles was exhibiting his latest design for Buzzispace, the Buzzihood (pictured above), at Maison & Objet (Jan. 2012) in Paris. The Buzzihood, which was recently awarded a Henry Van de Velde award, was vastly noticed – it’s no suprise it ended up listed in the Revue du Design’s M&O janvier 2012 best of“…

Grand bien lui en a pris : il a depuis dessiné des dizaines de pièces de mobilier pour des marques comme Bonaldo, Casamani, Qui est Paul ?, Urbastyle ou pour la galerie Gosserez. Le designer Alain Gilles exposait ses dernières créations pour Buzzispace, notamment le Buzzishood (ci-dessus). Le Buzzihood, qui a récemment reçu le prix Henry Van de Velde de l’Entreprise, peut s’enorgueillir d’avoir fait des débuts remarqués – rien de surprenant à le retrouver dans la sélection M&O janvier 2012 de la Revue du Design.

TENSION TABLES - design Alain Gilles pour la Galerie Gosserez


Comments

5
  • Stéphane STEMB

    Voilà un bel exemple de reconversion réussie…

  • Elodie Palasse

    @Stéphane STEMB : merci pour le commentaire…
    Oui, l’histoire d’Alain Gilles donne envie de… prendre ses propres envies au sérieux, non ? A son crédit, ajoutons qu’il est de surcroît particulièrement sympathique. Pour en savoir plus, le magazine IDEAT spécial Belgique proposait un reportage assez vivant.

  • Prof Z

    Le marketing management et la finance ne sont pas incompatibles avec le design , comme on me l’a dit dans une organisation de valorisation de l’innovation de l’ameublement. Ce sont des formations complémentaires à celle de designer. Les entretiens que j’ai eu avec par exemple Xavier Lust, chez qui il a fait une post-formation, démontrent qu’Alain a une vision stratégique et entreprenariale. Patrick Jouin a plusieurs fois indiqué que la formation de designer ne prépare pas à ce métier d’entrepreneur et d’animation d’équipes pluridisciplinaires. Son dessin géométrique à la palette colorée se singularise de celui de Xavier Lust, plus biomorphe, et celui d’autres designers. Il a déjà de nombreux suiveurs…

  • Prof Z

    Très souvent , je me suis trompé d’échelle en voyant une image de design sur un écran. Alain Gilles, est plus un micro architecte du design , influencé par le geométisme coloré du peintre Max Bill, que par la rigueur Bauhaus du designer suisse.
    ” L’architecture étant un de mes centres d’intérêts, elle à forcément une influence plus ou moins forte sur certains de mes projets (j’ai plus de livre d’archi que de design dans ma bibliothèque). J’ai souvent l’impression de travailler sur des mini-architectures, ou sur des structures qui à une échelle plus grande pourraient devenir des éléments d’architecture moderne. Je pense que le fait de faire la plus grosse partie de mes recherches conceptuelles et formelles en 3D sur l’ordinateur renforce cette tendance, car la notion d’échelle reste très relative sur un écran. Par exemple, pour moi, la structure filaire des petites tables « Tectonic » (Bonaldo) pourraient très bien être une structure ou le début d’une structure d’un bâtiment bien plus grand.« Tectonic Tables » pour Bonaldo. Un jeu graphique entre espace ouvert et fermé. Un travailsur le poids visuel des objets.J’ai également toujours eut une sensibilité graphique. Le projet me semble donc plus fort quand il est graphique. Designer c’est faire des choix, éliminer des possibilités et donc forcément mon œil me pousse sans doute à retenir des options au caractère graphique plus affirmé. Un graphisme comprenant bien-sûr la gestion des espaces, des poids visuels des produits ou des parties d’un produit, l’une par rapport à l’autre, mais également la visualisation de l’image du produit une fois figé sur une image et donc en tant qu’élément devenu une multitude d’aplats de couleurs.”

  • Elodie Palasse

    @Z : vous aimez bien Alain Gilles, visiblement. C’est rare qu’un designer ait vos faveurs (à moins que vous ne soyez dans un “bon jour”, Prof Z ?)

Something to Say?

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.