Marianne van Ooij, Blue Print

Complément farfelu de son service "Dressed for Dinner", Marianne van Ooij, designer néerlandaise installée aux Etats-Unis, a imaginé la série de linge de table "Blue Print". Nappes, serviettes et set de tables en linet coton arborent dessins et plans techniques de production de verres, assiettes et autres ustensiles. To complement her "Dressed for Dinner" tableware, Marianne van Ooij (a Dutch designer who now lives in the United States) has imagined the "Blue Print  Dinner Textiles" series, showing the design process of tableware. On tablecloth, placemats and napkins, a technical drawing shows dimensions, comments and directions for the production of plates, glassware and utensils.

Color moves, Sonia Delaunay – Cooper-Hewitt, National Design Museum

Elle drappait les femmes de peintures abstraites, envoyait le Modernisme à la plage, habillait les acteurs des films de Man Ray et des pièces de Tristan Tzara de "poèmes qui se meuvent". De Sonia Delaunay (1885-1979), son ami André Breton, chantre du Surréalisme, déclarait dès 1905 qu'elle "traitait les couleurs comme des bâtons de dynamite, les faisant exploser pour faire jaillir la lumière". She wrapped women into abstract paintings, sent Modernism to the beach, dressed actors of Man Ray's films and Tristan Tzara's plays into "moving poems". Of Sonia Delaunay (1885-1979), her friend André Derain said, as soon as 1905, that she "treated colors like sticks of dynamite, exploding them to produce light."

Mathilde Brétillot secoue le design de mobilier pour enfants

Du design pour les enfants ? Entre jouet d'éveil et mobilier modulable, la collection de l'innovante Mathilde Brétillot pour la firme Collégien va réveiller le marché. Dans le cadre du R3iLab, la designer s'est associée au leader du chausson-chaussette pour créer, à partir de tubes de maille tricotée, des paniers, matelas et poupées aussi futés que séduisants, dont les prototypes ont été récemment exposés à l'occasion de Maison&Objet. Mathilde Brétillot (formée à l'école de Philippe Starck et de Ross Lovegrove) et Chantal Marie, directrice marketing de Collégien, livrent leurs impressions sur ce marché et évoquent les coulisses de leur collaboration en binôme, pour le programme Tech&Design. (…) Designing for kids? Well, Mathilde Brétillot had done a tremendous lot of things, and brilliantly -but not in that department yet. It is no wonder the French designer (Philippe Starck and Ross Lovegrove were among the first to collaborate with the talented Brétillot) jumped at the opportunity to join forces with a renowned brand in the textile industry, challenged by R3iLab to get creative and innovate with the knitted tubes manufactured by Collégien. Hence came a series of rag dolls, mattresses and baskets able to "swallow up" scattered toys in just seconds, and double up as small, soft and appealing pieces of furniture for the kids. While prototypes were exhibited for the first time at Maison&Objet, Mathilde Brétillot and Chantal Marie, marketing manager at Collégien, reveal how they've worked the magic for the Tech&Design program. (…)

Sleek design juré “Découvertes” à Maison&Objet : MissPrint, London

Sleek design avait l'honneur de faire partie du jury du prix des "Découvertes" lors de la toute dernière édition de Maison & Objet, en charge du prestigieux secteur "Editeurs" (designers textiles et maisons de tissus d'ameublement). Pour mener à bien la mission, nombre d'allées ont été arpentées (au sein du hall scénographié avec panache par la Grande Dame du design italien, Paola Navone), de stands dûment scrutés, de tissus palpés et gratouillés (il faut savoir conserver une âme d'enfant) et de salves de questions lancées. Avant tout, je devais obéir à la règle d'or qui m'avait été fixée : me laisser aller au "coup de coeur", au vrai, dans toute sa spontanéité. Et soudain surgit, au détour d'un énième couloir, un petit coin qui irradiait la joie et la luminosité, propres aux créations de MissPrint. Sleek design was part of the jury for the "Découvertes" (i.e. Discoveries) prize at the Maison & Objet fair in Paris  - entrusted with the "Editeurs" (upholstery fabric houses & designers) category of this huge, bi-annual international event. It involved a lot of walking around the gigantic exhibition hall, grandly  decorated by the Grande Dame of Italian design, Paola Navone, and, needless to say, countless hours (or so) of looking around, touching, scratching (always keep in touch with your inner child) and asking questions. But I was to obey the golden rule I had been given: it had to be "love at the first sight", a coup de coeur, a sudden and deep crush. And there it appeared before my eyes: an impossibly bright and cheerful corner, courtesy of MissPrint's textile designers.

Le design graphique et textile de Louise Bourgeois : Fabric Works

Louise Bourgeois se réjouissait de la perspective de cette exposition, à l'organisation de laquelle elle a pris une part active juste avant sa disparition, en mai dernier. Fabric Works présente plus de 70 cartons et dessins préparatoires, 4 sculptures de larges dimensions et autres motifs, réunis en public pour la première fois. L'exploration du textile dans l'oeuvre de Louise Bourgeois remonte aux années 1960 - une influence qui prendra dès lors de plus en plus d'ampleur dans le travail de l'artiste, jusqu'à en devenir une composante essentielle. Un trait de famille, pourrait-n dire, car ses propres parents dirigeaient un atelier de restauration de tapisseries.  « J'ai toujours craint d'être abandonnée, séparée des miens. Coudre est pour moi une tentative de maintenir chaque chose, chacun à sa en place. » Grâce au commissaire d'exposition Germano Celant, l'exposition voyagera de Venise à Londres, à l'occasion de l'ouverture du nouvel espace de la galerie Hauser & Wirth’s au 23, Savile Row (jusqu'au 18 décembre). Photographi Louise Bourgeois was delighted with the idea of this exhibition, on which she actively worked on before her death in May this year. Fabric Works showcases over 70 fabric drawings and 4 large-scale sculpture works, collectively shown for the first time. Louise Bourgeois started exploring fabric designing in the 1960's, and her works have an intimate accent sometimes. She was born surrounded by soft materials, her parents owning a tapestry restoration workshop.  “I always had the fear of being separated and abandoned. Sewing is my attempt to keep things together and make things whole”. Thanks to curator Germano Celant, the exhibtion travels from Venice to London, for the launching of Hauser & Wirth’s new gallery space at 23 Savile Row (until December 18th).

Marion Chatel-Chaix, designer “à sensibilité textile”

Bon sang ne saurait mentir : dotée d'un père architecte et d'une mère coloriste, Marion Chatel-Chaix a grandi dans une maison où créativité sans bornes, ouverture d'esprit et volonté étaient autant de règles de vie. La designer textile française a récemment emporté un prix "Faces of Design", accordé par un jury  de choix  -Alexander von Vegesack (Vitra), Alain Lardet (Designer's Days) et le designer Maarten Baas étaient du nombre. Mais elle refuse d'être étiquetée "designer textile". « Le tissu est pour moi un medium transversal, hybride, issu de différentes disciplines des arts appliqués. Evidemment, on pense immédiatement à son utilisation dans la mode, pourtant le textile s'impose dans bien d'autres domaines : design produit, design d'intérieur, création d'accessoires et objets variés, design graphique et création de motifs, ou même la photographie. Je préfère me présenter comme une "designer à sensibilité textile" - ce qui présente l'avantage de réunir couleur, matière et image. On peut ainsi lier la discipline à différents domaines, où le "design à sensibilité textile" offre un regard neuf sur le processus de création et de mise en oeuvre. » Design d'espace, d'objets, de mode à travers les tissus et les accessoires (pour Cotélac, BCBG Max Azria, Armor Lux…) ou planches d'inspirations et livres d'art : Marion s'applique et s'implique dans tous domaines, avec la même approche. Like parents, like daughter: with an architect father and a colorist mother, Marion Chatel-Chaix was born and raised into a house were unlimited creativity, open-mindedness and drive were considered rules. The French textile designer has recently been awarded an international Faces of Design prize. Alexander von Vegesack (Vitra), Alain Lardet (Designer's Days) and designer Maarten Baas were among the jurors. But she refuses to be labelled as a mere "Textile designer". « Fabric, she insists, is kind of a transverse, hybrid medium resulting from various disciplines of applied arts. Of course, one would automatically link fabric to the Fashion industry, yet it is employed in many other fields, such as product design, interior design, accessories manufacturing, creating patterns, graphics, or even photography. I came up with this expression, “Textile sensitivity design”, that to me embodies the combination of color, material and image. It can therefore be linked to different design realms, where “Textile sensitivity design” projects a new light on thinking and creating processes. » Interior design, product design, fashion accessories design (for Cotélac, BCBG Max Azria, Armor Lux…), Marion follows the same logic, whichever new adventure she throws herself into.

Claudia Caviezel, designer textile & voleuse de couleurs

A quelques siècles près, les créations de la designer textile et architecte d'intérieur  Claudia Caviezel auraient pu inspirer la "robe couleur du temps" de la Peau d'âne de Charles Perrault. Les tissus imaginés par la créatrice suisse proviennent tout droit du creuset sans fond de l'imaginaire collectif. Rien d'étonnant à ce que Jakob Schlaepfer, une des plus innovantes firmes du secteur, lui fasse confiance.

Et maintenant, Janne Kyttanen prend des gants

Après les fameuses chaussures "imprimées" en 3D, Freedom of Creation vient de signer une paire de gants fabriquée au moyen du procédé de prototypage rapide mis au point par son créateur. pour la collection permanente d'un musée barcelonais.