“Post Fossil” au Design Museum Holon

Atelier Van Lieshout, Pepe Heykoop, Raw Edges (Shay Alkalay & Yael Mer), Peter Marigold, Nacho Carbonell, Pieke Bergmans, Wieki Somers, Maarten Baas, Kiki Van Eijk et les autres protagonistes de l'exposition itinérante "Post Fossil: excavating 21st Century creation" viennent d'atterrir au musée de design d'Holon (banlieue sud de Tel-Aviv), en Israël. Le musée, inauguré en 2010 et imaginé par Ron Arad, accueillera l'événement jusqu'au 30 avril. A l'initiative de Li Edelkoort, commissaire de l'exposition, Post Fossil avait commencé son voyage par Paris (Centre Culturel néerlandais) il y a près de deux ans. Atelier Van Lieshout, Pepe Heykoop, Raw Edges (Shay Alkalay & Yael Mer), Peter Marigold, Nacho Carbonell, Pieke Bergmans, Wieki Somers, Maarten Baas, Kiki Van Eijk and the other participants in the "Post Fossil: excavating 21st Century creation" exhibition have just landed in the Holon Design Museum. Curated by Li Edelkoort, the event has started touring from Paris (Centre Culturel Néerlandais) almost two years ago. Post Fossil will stay at the Holon Design Museum (Ron Arad's creation, inaugurated in 2010) until April 30th.

Infernopolis : Atelier Van Lieshout, Rotterdam

Troublante expérience que la visite de cette exposition, qui plonge à la fois le visiteur dans les entrailles de la ville et de l'oeuvre de Joep van Lieshout : il faut emprunter un long tunnel et s'éloigner du centre pour parvenir dans la partie la plus sombre et désolée de la ville. Rotterdam, loin de l'image d'Epinal de la ville hollandaise aux canaux charmants, bordés de maisonnettes aux façades chantournées, première cité portuaire d'Europe, affiche des proportions furieuses, une architecture hardie devenue signature (la rage des bombardement de 1940 a laissé Rotterdam en ruines, exsangue). Sa culture underground est mondialement réputée, réputation sulfureuse en prime. Mais Rotterdam, qui tire son nom d'après celui de la rivière Rotta, "eau boueuse", a détourné sa noirceur en une séduisante caractéristique. D'aucuns verront là le premier point commun à la deuxième ville des Pays-Bas et au travail de Joep van Lieshout (né en 1963), designer, artiste, architecte, rejeton de la foisonnante scène artistique locale du début des années 1990. Visiting this exhibition can be unsettling, providing a strange feeling of travelling into the entrails of both the city and Van Lieshout : from downtown, one has to drive through a long tunnel to find oneself, away from downtown, in the midst of nowhere. Rotterdam hasn't much to do with the traditionnal postcard scene from the Netherlands (canals lined with charming Dutch 17th century houses): the largest harbour town in Europe, Rotterdam draws a gigantic map, identifiable by its bold and sometimes crazy architectural experiments (WWII had turned the town into a heap of ruins). The sulphurous reputation of the city's underground cultural scene has an international appeal. But Rotterdam (named after river Rotta, meaning "muddy waters"), badly behaved and prone to all kind of excesses, has turned darkness into an enthralling asset. A fact both shared by the country's second largest city and artist, designer Joep van Lieshout's (a 1990s' local overflowing creative scene offshoot) work.

Design & château Tudor : suddenley Sudeley

D'un blanc crayeux, la silhouette du crâne monumental de l'Atelier Van Lieshout (Wellness skull, 2007), haut perché sur un cou démesurément étiré, se détache sur le vert grasseyant du gazon du parc de Sudeley Castle. Celui-ci dresse sa digne silhouette crénelée en arrière-plan. Non, il ne s'agit en rien du décor d'une des ces interprétations estivales données en plein air d'Hamlet : le château de Sudeley, dans le Gloucestershire, accueille un ensemble de quelque vingt-cinq pièces de design emblématiques (uniques ou éditées en un nombre très restreint d'exemplaires), destinées à être vendues aux enchères. Après Philllips, de Pury & Company, c'est au tour de l'honorable maison Sotheby's (côté prononciation, les initiés ignoreront le "h" pour marquer élégamment le "t", en signe distinctif) de parsemer dans les jardins, jusqu'au 1er août, les oeuvres au catalogue de cette exposition-vente. L'événement est organisé conjointement avec l'incontournable Carpenters Workshop Gallery de Londres, qui représente les designers exposés.