Diamants & titane, Hokusai réinventé

L'hommage à la fameuse grande vague de Kanagawa d'Hokusai frappe dès le premier regard. Mais la collection Hokusai de Garaude présente un aspect innovant non dénué d'intérêt : celui de combiner le titane aux diamants et pierres fines, qui permet de créer des pièces originales et d'une rare légèreté. Broches et boucles d'oreilles sont aussi teintées de coloris somptueux, quasi iridescents. Un des artistes les plus connus du Japon (Monet, Van Gogh ou Gauguin vénéraient son travail), l'homme qui inventa le mot "manga" serait sans nul doute honoré par le précieux compliment rendu à son oeuvre. Ces pièces peu communes seront à admirer à paris, du 27 au 29 novembre, à l'occasion de l'édition 2010 du Rendez-vous des Joaillers créateurs. Si vous êtes tentés de découvrir les dernières créations des incontournables Yaël Sonia, Hélène Courtaigne Delalande ou Daniela Baumgartner, une invitation vous attend ici. The tribute to Hokusai's famous Kanagawa wave is strinkingly obvious. But Garaude's Hokusai series also present an innovative aspect: the use of titanium, paired with diamonds or fine gemstones, which allows the creation of extremely light pieces of jewelry. Titanium brooch and earrings are tinted in sumptuous, almost iridescent shades. Japan's most famous graphic artist (Monet, Van Gogh and Gauguin revered his work), who first coined the term "manga", would undoubtedly be honoured by the precious compliment. These magnificent pieces will be on show in Paris, from November 27th to 29th during the 2010 Rendez-vous des Joaillers créateurs. Care to pay a visit and admire internationaly acclaimed Yaël Sonia, Hélène Courtaigne Delalande or Daniela Baumgartner's latest designs? Invitations are right here.

Denise Julia Reytan: “New traditional jewellery”, Berlin

Diplômée en jewellery design (université de Düsseldorf), Denise Julia Reytan conçoit costumes et bijoux comme des collages, inspirés par diverses coutumes et traditions, puis réalisés à partir d'objets et matériaux glanés au hasard de ses pérégrinations. Tous sont de très joyeux puzzles, dans lesquels le plastique le dispute au précieux, le végétal au synthétique, l'ancien à l'avant-gardiste. Cà et là, le dérisoire vient orner les passementeries, un pistolet de plastique côtoyer une pierre précieuse. La créatrice, qui vit et travaille à Berlin, parle "d'émancipation ornementale" : ses objets sont des "instantanés de notre temps et de notre culture".

La bague-bûche envoie le bois (be my Valentine)

Aaron Ruff, designer de Digby & Iona, s'invente de drôles d'histoires. A l'occasion de la Saint-Valentin, le bijoutier-pirate (on se souvient de la collection Wanderer in a sea of fog) a sorti sa hache et imaginé une bague d'inspiration sylvestre. On peut commander Stump dans sa version  "brute" ou choisir d'y entremêler, gravées dans l'argent, ses initiales à celles de son (sa) significant other.