Soft Edges – Pia Wüstenberg

Son nom semblera familier aux lecteurs de Sleek design : Pia Wüstenberg exposait sa série Stacking Vessels dans le cadre de la Dutch Design Week à Eindhoven. Her name is already familiar to Sleek design's readers: Pia Wüstenberg was exhibiting her Stacking Vessels during the Dutch Design Week in Eindhoven.

Processed paper, Pia Wüstenberg : papier mâché ou bois tourné ?

Fraîchement diplômée du Royal College of Art, la designer Pia Wüstenberg a tenté, à son tour, l'expérience du papier mâché - dans une version plutôt sophistiquée. Préparée à la main, la matière a ensuite été travaillée sur un tour à bois, définissant la forme unique de chaque vase, pieds de table et luminaires (lampes à poser et suspensions). Royal College of Art's graduate Pia Wüstenberg has experimented with a sophisticated version of papier mâché, hand-processed then turned on a lathe to shape into lamps, vases and table legs.

Not So Fragile, Uxus design

Les designers de l'agence Uxus ("you x us"), habituellement tournés vers l'architecture d'intérieur, le design d'espaces ou d'identité visuelle, ont réalisé la collection Not So Fragile pour souligner la poésie cachée des objets du quotidien. La série prendra part à l'exposition "Lightness" au cours de la Design Week néerlandaise à Eindhoven du 22 au 30 octobre. Celle-ci se compose de mobilier dont le caractère suranné s'efface sous une couche de ruban adhésif orange, apanage des professionnels des BTP. Uxus ("you x us") designers, usually focused on interiors, branding and retail, made the Not So Fragile collection in order to highlight the hidden poetic quality of common objects. The series, that will be part of the "Lightness" exhibition during the Dutch Design Week in Eindhoven (22-30 October), shows re-purposed furniture wrapped up in neon orange packing tape.

Blush : Scholten & Baijings piquent un fard

Le musée municipal de la ville de S'Hertogenbosch, aux Pays-Bas, consacrera prochainement une exposition au travail du très apprécié duo de designers Scholten & Baijings. S'Hertogenbosch Stedelijk Museum (SM's), in the Netherlands, will hold an exhibition of Scholten & Baijings' acclaimed work.

Maarten Baptist & la chaise “Lucky Love”

Pour Maarten Baptist, la chaise Lucky Love représente « le savoir-faire néerlandais en matière d'artisanat d'art ; l'attention et le temps que tous les intervenants lui ont consacré sont visibles à l'oeil nu. Dès la première impression, on devine un produit accueillant, confortable, joyeux. Les matériaux mettent en évidence le processus de création. C'est la partie "design néerlandais"». Lucky Love a fait ses débuts à l'espace éphémère Eat Drink Design, au cours de la récente Dutch Design Week à Eindhoven. L'assise, selon son créateur, affiche également des « caractéristiques scandinaves, dans la structure tubulaire noire, et l'emploi de bois massif », sans omettre la touche japonaise, nichée dans le graphisme du coeur et des "doigts". On pense aux création de Pierre Guariche ou de Donald Knorr dans les années 1950.

Maarten Baptist, Lucky Love chair

Maarten Baptist's Lucky Love chair embodies, says the designer, «Dutch craftsmanship, and you can see and feel the time and attention we all put into it. The first impression is a comfortable happy inviting product. The clear use of materials shows how it’s made. This part is the Dutch design part. » First exhibited at the Eat Drink Design venue in Eindhoven during the Dutch Design Week, the Lucky Love chair also claims « some Scandinavian characteristics in the black frame and the real wood that is used », and a Japanese touch in the shapes of the heart and the rounded "fingers". It seems like Pierre Guariche or Donald Knorr 's 1950's creations might have influenced Maarten Baptist here.

Tom Frencken, artisan-designer

Définir le style de Tom Frencken n'est pas chose facile - lui-même avance quelque indices : « une gamme variée de matériaux, de formes, de coloris, et des proportions un peu hors du commun. » Diplômé de la Katholieke Hogeschool de Mechelen, le jeune designer créée du mobilier, des bijoux, des luminaires. A Eindhoven, dans le cadre de la Dutch Design Week 2010, Frencken exposait sa nouvelle collection sur le Strijp-S, au Klokgebouw (ancienne usine à Bakélite de Philips, bâtiment érigé dès 1929 et désormais classé monument historique). Le designer dit trouver inspiration dans « tout ce qui l'entoure, fasciné par les lieux de rencontre entre la nature et la main de l'homme. Les idées sont ensuite mises en oeuvres, deviennent des meubles, des aménagements d'intérieurs, des bijoux, des accessoires, des objets d'art, des luminaires, des photographies ou encore des dessins. » Defining Tom Frencken's style is not an easy task - himself hints to « a wide variety of materials, shapes, colours and non-obvious proportions ». The Mechelen Katholieke Hogeschool alumn designs furniture, lights or even jewelry. In Eindhoven, for the Dutch Design Week, Tom Frencken showcased his last works on the Strijp-S, at the Klokgebouw (a venue that used to be a Philips factory, where bakelite was produced ; built as soon as 1929, it is now a National monument). Frencken says he gets his inspiration « from everything that surrounds him, and is mostly fascinated by places where human intervention occurs in nature. All ideas and impressions are translated into furniture, interiors, jewelry, accessories, art, lightning, photographs and drawings. »

Les escarpins de la forêt, tricotés main

Où il est encore question de souliers, aux Pays-Bas une fois de plus - toutefois, sur l'échelle de l'évolution technique, à l'opposé des escarpins en 3D de Freedom of Creation… La designer néerlandaise Janina Loeve, remarquée pour ses cocasses "bouquets culinaires" au cours de la dernière design week d'Eindhoven, nous a envoyé les visuels de cette étrange chaussure.