Droog Design : Bye bye New York, Viva Las Vegas

Après Disney et Cappellini, l'étrange nouvelle du jour provient du mythique label Droog Design. La galerie new-yorkaise de Droog, dans le quartier de SoHo, a fermé ses portes le mois dernier, sans même avoir atteint les deux années d'existence. Nouveau coup de théâtre, Droog annonce l'ouverture, le 15 décembre, d'une nouvelle galerie à Las Vegas, au coeur d'un hôtel de 3 000 chambres, sur le fameux Strip, également pourvu d'un casino et d'une salle de spectacles. "On nous a fait une offre très alléchante cet été pour l'espace du Cosmopolitan Hotel, une des attractions de Las Vegas", déclare... After the Disney-Cappellini joint venture, here is another strange piece of news, this time involving iconic brand Droog Design. The New York Droog Design gallery (in SoHo) had hardly been open for two years when it closed down, last month. Surprinsingly, Droog has just announced the launching of another gallery, barely a month later. It's in Las Vegas. On December 15th, Droog will settle in a 3,000 bedrooms hotel on the infamous Strip, complete with a casino and a theater. "We were offered a very lucrative deal this summer for the gallery space in The Cosmopolitan hotel, one of Las Vegas's eye-catchers", said...

Pepe Heykoop, designer rafistoleur

On lui doit la Restless Chairacter, chaise flexible qui fait mine de s'écrouler sous votre poids ; ou encore la Brickchair régressive, bricolée de 1000 pièces d'un jeu de construction aux couleurs primaires. Pepe Heykoop (né en 1984), formé auprès de Jurgen Bey, s'est fait remarquer en remportant en 2009 le prix [d3] à l'issue de la design week de Cologne.

Design & château Tudor : suddenley Sudeley

D'un blanc crayeux, la silhouette du crâne monumental de l'Atelier Van Lieshout (Wellness skull, 2007), haut perché sur un cou démesurément étiré, se détache sur le vert grasseyant du gazon du parc de Sudeley Castle. Celui-ci dresse sa digne silhouette crénelée en arrière-plan. Non, il ne s'agit en rien du décor d'une des ces interprétations estivales données en plein air d'Hamlet : le château de Sudeley, dans le Gloucestershire, accueille un ensemble de quelque vingt-cinq pièces de design emblématiques (uniques ou éditées en un nombre très restreint d'exemplaires), destinées à être vendues aux enchères. Après Philllips, de Pury & Company, c'est au tour de l'honorable maison Sotheby's (côté prononciation, les initiés ignoreront le "h" pour marquer élégamment le "t", en signe distinctif) de parsemer dans les jardins, jusqu'au 1er août, les oeuvres au catalogue de cette exposition-vente. L'événement est organisé conjointement avec l'incontournable Carpenters Workshop Gallery de Londres, qui représente les designers exposés.

Li Edelkoort se fâche et quitte Eindhoven

Lidewij Edelkoort a mis ses menaces à exécution : non seulement abandonne-t-elle Eindhoven, la Designhuis, centre de design inauguré en octobre 2007, comme précédemment la direction artistique de la Design Academy, mais elle quitterait tout bonnement la Hollande. Dans sa lettre adressée à la presse et au personnel de la Designhuis*, incriminant la politique insensée et "inhumaine" de la ville, elle donne les raisons de son départ.

Minuit dans le jardin du Bien, du Mal et du Design

Certains designers aiment raconter des histoires, (se) faire peur, imaginer des objets hybrides, invoquer la Mort, le Fantastique et le Merveilleux, empruntant aux contes de fées comme aux cauchemars de l'enfance...  L'exposition "Telling tales: Fantasy and Fear in contemporary design" leur est consacrée.