Cuir et porcelaine : l’art du thé revisité pour Tech&Design

La designer Félicie Bajard et Beyrand, nom réputé pour son ancestral savoir-faire dans la chromographie sur porcelaine (depuis 1926), ont joint leurs forces créatives pour imaginer une collection d'objets autour de l'art du thé. Un cuir de la plus belle qualité, une porcelaine de la plus fine facture, tous deux frappés d'élégants motifs. (…) Designer Félicie Bajard and Beyrand, a well-known printer of ceramic transfers for Tableware (since 1926), have joined creative efforts to imagine a fabulous leather and finest china range dedicated to the art of tea. (…)

Diamants & titane, Hokusai réinventé

L'hommage à la fameuse grande vague de Kanagawa d'Hokusai frappe dès le premier regard. Mais la collection Hokusai de Garaude présente un aspect innovant non dénué d'intérêt : celui de combiner le titane aux diamants et pierres fines, qui permet de créer des pièces originales et d'une rare légèreté. Broches et boucles d'oreilles sont aussi teintées de coloris somptueux, quasi iridescents. Un des artistes les plus connus du Japon (Monet, Van Gogh ou Gauguin vénéraient son travail), l'homme qui inventa le mot "manga" serait sans nul doute honoré par le précieux compliment rendu à son oeuvre. Ces pièces peu communes seront à admirer à paris, du 27 au 29 novembre, à l'occasion de l'édition 2010 du Rendez-vous des Joaillers créateurs. Si vous êtes tentés de découvrir les dernières créations des incontournables Yaël Sonia, Hélène Courtaigne Delalande ou Daniela Baumgartner, une invitation vous attend ici. The tribute to Hokusai's famous Kanagawa wave is strinkingly obvious. But Garaude's Hokusai series also present an innovative aspect: the use of titanium, paired with diamonds or fine gemstones, which allows the creation of extremely light pieces of jewelry. Titanium brooch and earrings are tinted in sumptuous, almost iridescent shades. Japan's most famous graphic artist (Monet, Van Gogh and Gauguin revered his work), who first coined the term "manga", would undoubtedly be honoured by the precious compliment. These magnificent pieces will be on show in Paris, from November 27th to 29th during the 2010 Rendez-vous des Joaillers créateurs. Care to pay a visit and admire internationaly acclaimed Yaël Sonia, Hélène Courtaigne Delalande or Daniela Baumgartner's latest designs? Invitations are right here.

Marion Chatel-Chaix, designer “à sensibilité textile”

Bon sang ne saurait mentir : dotée d'un père architecte et d'une mère coloriste, Marion Chatel-Chaix a grandi dans une maison où créativité sans bornes, ouverture d'esprit et volonté étaient autant de règles de vie. La designer textile française a récemment emporté un prix "Faces of Design", accordé par un jury  de choix  -Alexander von Vegesack (Vitra), Alain Lardet (Designer's Days) et le designer Maarten Baas étaient du nombre. Mais elle refuse d'être étiquetée "designer textile". « Le tissu est pour moi un medium transversal, hybride, issu de différentes disciplines des arts appliqués. Evidemment, on pense immédiatement à son utilisation dans la mode, pourtant le textile s'impose dans bien d'autres domaines : design produit, design d'intérieur, création d'accessoires et objets variés, design graphique et création de motifs, ou même la photographie. Je préfère me présenter comme une "designer à sensibilité textile" - ce qui présente l'avantage de réunir couleur, matière et image. On peut ainsi lier la discipline à différents domaines, où le "design à sensibilité textile" offre un regard neuf sur le processus de création et de mise en oeuvre. » Design d'espace, d'objets, de mode à travers les tissus et les accessoires (pour Cotélac, BCBG Max Azria, Armor Lux…) ou planches d'inspirations et livres d'art : Marion s'applique et s'implique dans tous domaines, avec la même approche. Like parents, like daughter: with an architect father and a colorist mother, Marion Chatel-Chaix was born and raised into a house were unlimited creativity, open-mindedness and drive were considered rules. The French textile designer has recently been awarded an international Faces of Design prize. Alexander von Vegesack (Vitra), Alain Lardet (Designer's Days) and designer Maarten Baas were among the jurors. But she refuses to be labelled as a mere "Textile designer". « Fabric, she insists, is kind of a transverse, hybrid medium resulting from various disciplines of applied arts. Of course, one would automatically link fabric to the Fashion industry, yet it is employed in many other fields, such as product design, interior design, accessories manufacturing, creating patterns, graphics, or even photography. I came up with this expression, “Textile sensitivity design”, that to me embodies the combination of color, material and image. It can therefore be linked to different design realms, where “Textile sensitivity design” projects a new light on thinking and creating processes. » Interior design, product design, fashion accessories design (for Cotélac, BCBG Max Azria, Armor Lux…), Marion follows the same logic, whichever new adventure she throws herself into.

“Pretty much everything” about Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin

25 ans d'art, de mode et de stars magnifiées par leurs soins : à Amsterdam, le musée Foam propose jusqu'au 15 septembre une imposante rétrospective du travail des photographes Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin. On a régulièrement admiré leur patte dans les pages du New York Times, de Vogue, de W Magazine… Le duo, actif depuis 1986, a multiplié les campagnes publicitaires pour Yves Saint Laurent, Chanel, Balmain, Louis Vuitton, Hervé Léger ou Chloé. En parallèle de ces commandes très commerciales, Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin (qui vivent et travaillent à New York depuis 1995) ont réussi l'exploit de conserver leur âme d'artiste : jamais leur travail n'a perdu son identité, comme le fil rouge des clichés et oeuvres personnelles, couvrant un quart de siècle, le raconte.

Tomas Kral : céramique & bille de clown

"Clown nose" est une série de boîtes de céramique qui se ferment au moyen d'une boule de liège maintenue par un élastique, à la manière du fameux nez rouge des clowns. Ex-brillant élève de l'ECAL (MAS Luxe), le designer Tomas Kral a quitté sa Slovaquie natale pour poser ses valises à Lausanne. Ses créations se distinguent par l'apport de la tradition dans une conception toute contemporaine (incongru service à café Float pour l'orfèvre Christofle ; recyclage de pots de verre très communs, devenus objets de luxe entre les mains de graveurs de cristal expérimentés ; nouveaux objets destinés à sauvegarder des gestes ancestraux dans la cuisine).

Denise Julia Reytan: “New traditional jewellery”, Berlin

Diplômée en jewellery design (université de Düsseldorf), Denise Julia Reytan conçoit costumes et bijoux comme des collages, inspirés par diverses coutumes et traditions, puis réalisés à partir d'objets et matériaux glanés au hasard de ses pérégrinations. Tous sont de très joyeux puzzles, dans lesquels le plastique le dispute au précieux, le végétal au synthétique, l'ancien à l'avant-gardiste. Cà et là, le dérisoire vient orner les passementeries, un pistolet de plastique côtoyer une pierre précieuse. La créatrice, qui vit et travaille à Berlin, parle "d'émancipation ornementale" : ses objets sont des "instantanés de notre temps et de notre culture".

Le goût de la marque : “Lolli-pops”, des sucettes & des logos

Photographe, Massimo Gammacurta avait créé ces sucettes figurant les logos de marques immédiatement identifiables comme un happening artistique. Ses clichés ont connu un succès immédiat, propagées aux quatres coins du monde via Internet. Elles font aujourd'hui l'objet d'un livre : "Lolli-pop" est paru chez  BIS publishers.

Ma nuit avec Charlotte Perriand (le Corbusier, Jeanneret, Royère et les autres)

Des cabarets parisiens aux cocotiers de Saint-Barth', en passant par Chandigarh, l'histoire est insolite, et ravira les amateurs d'anecdotes, de design 1930-1960 et de douceur de vivre. Grande figure des nuits parisiennes d'une époque révolue, Jean-Marie Rivière, fondateur de l'Alcazar et du Paradis Latin, conviait ses amis du show business de passage dans les Antilles à se divertir à la Banane, la revue