Maarten Baptist & la chaise “Lucky Love”

Pour Maarten Baptist, la chaise Lucky Love représente « le savoir-faire néerlandais en matière d'artisanat d'art ; l'attention et le temps que tous les intervenants lui ont consacré sont visibles à l'oeil nu. Dès la première impression, on devine un produit accueillant, confortable, joyeux. Les matériaux mettent en évidence le processus de création. C'est la partie "design néerlandais"». Lucky Love a fait ses débuts à l'espace éphémère Eat Drink Design, au cours de la récente Dutch Design Week à Eindhoven. L'assise, selon son créateur, affiche également des « caractéristiques scandinaves, dans la structure tubulaire noire, et l'emploi de bois massif », sans omettre la touche japonaise, nichée dans le graphisme du coeur et des "doigts". On pense aux création de Pierre Guariche ou de Donald Knorr dans les années 1950.

Maarten Baptist, Lucky Love chair

Maarten Baptist's Lucky Love chair embodies, says the designer, «Dutch craftsmanship, and you can see and feel the time and attention we all put into it. The first impression is a comfortable happy inviting product. The clear use of materials shows how it’s made. This part is the Dutch design part. » First exhibited at the Eat Drink Design venue in Eindhoven during the Dutch Design Week, the Lucky Love chair also claims « some Scandinavian characteristics in the black frame and the real wood that is used », and a Japanese touch in the shapes of the heart and the rounded "fingers". It seems like Pierre Guariche or Donald Knorr 's 1950's creations might have influenced Maarten Baptist here.

Get off my couch! Canapé 2.0 tendance solo

On savait la fameuse "génération vautrée" adepte du Fatboy et amatrice de largeurs XXL. En 2005, Gérard Laizé, directeur du VIA, évoquait l'évolution du design de mobilier impulsée par les desiderata de cette indolente génération (par nécessité, nous expliquait-on : dépassant d'une tête leurs aînés, les jeunes vautrés éprouvaient quelque difficulté à adapter leur morphologie aux fauteuils et canapés conçus pour leurs parents et grands-parents). En 2010, la tendance se précise et s'affine : on découvre le «canapé 2.0», apanage du jeune vautré assumé.