Studio Mama: Re-Imagined, Nina Tolstrup

La designer Nina Tolstrup (à la tête de Studiomama, fondé avec son époux Jack Mama) dévoile à l'occasion du London Design Festival sa nouvelle collection de mobilier. "Re-Imagined" est un projet qui met en question la notion de ressources et nos attitudes vis à vis des rebuts, en "ré-utilisant l'existant". Designer Nina Tolstrup (who set up Studiomama with Jack Mama) unveils her new furniture collection during London Design Festival. "Re-Imagined" is a project that questions resourcefulness and waste, "re-using the existing".

Ettorre Sottsass inédit : “petit hommage à Mondrian”

Ettore Sottsass, à la fin de sa vie, a centré son travail sur l'oeuvre de Piet Mondrian, maître du mouvement De Stijl. Son surprenant - et stupéfiant d'actualité -  Piccolo Omaggio a Mondrian n'avait à ce jour jamais été exposé. La galerie Friedman Benda, à New York, met le "petit hommage" à l'honneur jusqu'au 18 décembre. Les pièces affichent coloris francs et formes géométriques chères à Mondrian, associés à la "patte" de Sottsass : un style architectural sculpté, des formes sobres, presque sévères, réunies en de joyeux assemblages. Amateurs de design radical, d'antidesign, d'architecture post-moderniste et du groupe Memphis se réjouiront sans aucun doute. Cerise sur le gâteau, Phaïdon publiera en 2011 l'ultime, et très attendue, monographie de l'oeuvre d'Ettorre Sottsass (1917-2007). Ettore Sottsass, in the last years of his life, dedicated his work to the de Stijl master, Piet Mondrian. His surprisingly contemporary Piccolo Omaggio a Mondrian, never showcased before, combines architectural ideas and the art of sculpture. With such vivid colors and purity of shape, the cabinets designed by Sottsass (1917-2007) cut a striking figure at the Friedman Benda gallery (New York, until December 18th). Afficionados of radical design, anti-design, post-modernist architecture, and of the early 1980s Memphis group will be overjoyed. And there is more to it: Phaïdon has announced the publishing of a hefty monograph for 2011.

Shadow Construction, Marte Haverkamp

Marte Haverkamp, diplômée de l'école d'art d'Utrecht, a longtemps été obsédée par les ombres et l'idée «d'en faire quelque chose ». De longues ombres portées se sont ainsi matérialisées, dictant la forme inédite des objets et meubles de sa série Shadow Construction. Le travail de Marte Haverkamp met l'emphase sur le jeu visuel, un trompe l'oeil inhabituel pour seule esthétique. Marte Haverkamp, who recently graduated from the Utrecht School of Arts, has been fascinated by shadows for a long time and « wanted to do something with them. » So she started constructing pieces of furniture shaped as silhouettes: the Shadow Construction series have not much in common with your usual chairs & table. « The present work focuses mainly on this visual play and its aesthetics. »

Tom Frencken, artisan-designer

Définir le style de Tom Frencken n'est pas chose facile - lui-même avance quelque indices : « une gamme variée de matériaux, de formes, de coloris, et des proportions un peu hors du commun. » Diplômé de la Katholieke Hogeschool de Mechelen, le jeune designer créée du mobilier, des bijoux, des luminaires. A Eindhoven, dans le cadre de la Dutch Design Week 2010, Frencken exposait sa nouvelle collection sur le Strijp-S, au Klokgebouw (ancienne usine à Bakélite de Philips, bâtiment érigé dès 1929 et désormais classé monument historique). Le designer dit trouver inspiration dans « tout ce qui l'entoure, fasciné par les lieux de rencontre entre la nature et la main de l'homme. Les idées sont ensuite mises en oeuvres, deviennent des meubles, des aménagements d'intérieurs, des bijoux, des accessoires, des objets d'art, des luminaires, des photographies ou encore des dessins. » Defining Tom Frencken's style is not an easy task - himself hints to « a wide variety of materials, shapes, colours and non-obvious proportions ». The Mechelen Katholieke Hogeschool alumn designs furniture, lights or even jewelry. In Eindhoven, for the Dutch Design Week, Tom Frencken showcased his last works on the Strijp-S, at the Klokgebouw (a venue that used to be a Philips factory, where bakelite was produced ; built as soon as 1929, it is now a National monument). Frencken says he gets his inspiration « from everything that surrounds him, and is mostly fascinated by places where human intervention occurs in nature. All ideas and impressions are translated into furniture, interiors, jewelry, accessories, art, lightning, photographs and drawings. »

The Art of Design: Toonkamer, Centre for Interior Design

L'adresse est connue des seuls initiés, pourtant les lieux sont ouverts au public, et méritent un détour. En 1982 aux Pays-Bas, des fabricants et éditeurs de mobilier se sont regroupés pour donner naissance au Toonkamer- Centre for Interior Design, à Utrecht.  Sous l'égide de Pastoe et de quelques autres, le Toonkamer s'est rapidement imposé comme une plateforme influente des tendances du marché internationale du design et de l'ameublement. Installé au sein de l'usine Pastoe, le vaste espace d'exposition propose une quarantaine de collections, offrant d'emblée un regard global sur les tendances et l'évolution du marché. Chaque année, en septembre, le lancement de nouvelles collections est aussi l'occasion, autour d'un thème fédérateur développé au fil des mois, d'inviter des artistes à exposer leur travail et d'organiser des événements variés. En ce début d'année placée sous le thème de l' «Art of Design », le Toonkamer célèbre la rentrée avec une exposition d'Ilka Helmig. L'artiste et créatrice allemande investit le Toonkamer jusqu'au 26 septembre avec ses installations, oeuvres graphiques et sculpture tridimensionnelles réalisées à partir d'objets et matériaux du quotidien (du bois, de la laine, du tissu…).

Kitsuné & Hansen se font la malle chez Barney’s à NY

La designer Gesa Hansen s'est associée au très branché label Kitsuné à l'occasion de l'ouverture d'une boutique éphémère chez Barney's, à New York. L'élégante malle-cabine de Gesa Hansen (nominée pour le Designpreis Deutschland 2011), qui trônera dans le grand magasin américain, dépoussière le chic convenu et compassé des sempiternelles malles Vuitton ou Goyard. Le bois utilisé et bichonné main par Gesa provient de sa propre réserve (particularité de la créatrice, qui cultive patiemment sa matière première, chêne et noyer caracolant en tête). Bureau, miroir en pied, étagères variées, profonds tiroirs, porte-manteau, tout y est - un brin d'allure mid-Century modern en prime. La designer allemande, âgée de 29 ans, a grandi dans une famille d'ébénistes, designers et architectes d'origine scandinave. Nul ne s'étonnera donc de son credo : « Home-grown wood, hand-made furniture et développement durable » (en français dans le texte).

Auprès de mon arbre : le design et l’esthétique nature, “brute de la forêt”

Scié, cintré, poncé, peint et vernis, s'il est depuis toujours matériau privilégié dans l'élaboration de mobilier, le bois n'avait que rarement le loisir de s'exprimer. Au-delà de la matière, certains designers ont désormais tendance à composer autour de sa forme, son grain, son aspect - sans chercher à masquer ni transformer sa véritable nature.

Patternity dépoussière la marqueterie

Incollables sur l'oeuvre de Sonia Delaunay ou celui du De Stjil, une obsession commune pour les arts décoratifs, et plus particulièrement pour le motif, a amené Anna Murray et Grace Winteringham  à joindre leurs efforts. Le nom du studio, Patternity, affiche hardiment le credo des deux créatrices : le motif ("pattern") supplante la forme, c'est lui qui donne véritablement naissance à l'objet.